Syllabes, vers et rimes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1495 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Syllabes, vers et rimes

Des poèmes français et des chansons, en grand nombre, s'appuient sur les règles de la versification. On a dit qu'elles sont une entrave à la création, on a aussi prétendu qu'elles poussent le poète à une recherche plus rigoureuse. Sans trancher le débat, - l'art est-il autre chose qu'une technique maîtrisée par le talent ? - voici quelques outils pour s'exprimer en versmais aussi pour apprécier ceux des autres.

Une réflexion de Paul Valéry sur les règles de versification.



La mesure
Le rythme
La rime
Quelques formes fixes traditionnelles




La mesure

Vers et prose ?

"Le vers est un fragment d'énoncé formant une unité rythmique définie par des règles concernant la quantité, l'accentuation ou le nombre de syllabes." (Robert).Pour calculer ce nombre, il faut prendre en compte toutes les syllabes

sauf

* celles qui peuvent s'élider (e muet devant voyelle ou h non aspirée)
* la syllabe muette finale.

(chan-te-rai-ent compte dont quatre syllabes à l'intérieur d'un vers mais trois en finale.)

Lorsqu'il compte douze syllabes, le vers s'appelle alexandrin , dans les autres cas on dit : vers de troissyllabes, huit syllabes (ou octosyllabes), etc.

Des vers de mesures différentes peuvent coexister dans un même poème, dans une même strophe. Si la structure se répète ils sont appelés réguliers.
Parfois ils ne suivent aucune règle d'alternance, on les appelle vers libres.

Note : en français on ne doit pas parler du nombre de pieds mais des syllabes d'un vers.

Certains procédés largementexploités, par les chanteurs surtout, permettent d'assouplir la règle. Ces procédés qui altèrent le mot par adjonction, suppression ou inversion de sons ou de lettres sont appelés des métaplasmes.

suppression de l'initiale d'un mot :

aphérèse

suppression d'une partie intérieure du mot :

syncope

suppression du e muet final d'un mot :

élision

suppression de la partie finaled'un mot :

apocope

dissociation des éléments d'une diphtongue :

diérèse

déplacement de lettres ou de sons :

métathèse

prononciation groupant en une seule syllabe deux voyelles contiguës d'un même mot :(en grammaire grecque, on dit crase)

synérèse
Le rythme

Essentiel, le rythme du vers résulte du "retour à intervalles sensiblement égaux des temps marqués ou accentsrythmiques." (H. Grammont). Ces accents tombent sur les finales (non muettes) de groupes de syllabes.

Entre ces groupes, se trouvent des coupes, les césures. Elles sont toujours placées après la fin d'un mot important imposant un arrêt du sens et de la voix. Il y a donc césure à la rime.

Dans l'alexandrin la césure 6/6 divise le vers en deux hémistiches;

C'est en vain qu'au Parnasse // untéméraire auteur
Pense de l'art des vers // atteindre la hauteur...

d'autres coupures donnent d'heureux résultats :

Il vit un oeil // tout grand ouvert // dans les ténèbres... (4/4/4)

Horloge, // dieu sinistre, // effrayant, // impassible... (3/3/3/3)

L'hiatus est la rencontre de la voyelle finale d'un mot et de la voyelle initiale du mot suivant; c'est l'oreille quijuge s'il est acceptable.

On parle d'enjambement lorsque le sens d'un vers déborde partiellement sur le suivant, voire sur la strophe suivante, sans le remplir; il se justifie dans le cas d'effets spéciaux (suspense, réticence, malaise...)

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme [...] (A. Rimbaud)

La strophe est unsous-ensemble le plus souvent cohérent, l'équivalent d'un paragraphe, groupant plusieurs vers. Habituellement elle est précédée et suivie d'un interligne plus large. La disposition des rimes et la mesure des vers assurent sa cohésion.

On distingue les couplets (variables) et le refrain (répété).

La strophe est appelée isométrique lorsqu'elle comporte des vers de même mesure, hétérométrique dans...
tracking img