Synthèse langage bts

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3241 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1 Culture générale et expression.

2 SYNTHÈSE DE DOCUMENTS

3

4 Vous ferez une synthèse objective, concise et ordonnée de ces quatre documents.

5 Vous pourriez montrer par exemple l’évolution historique et géographique de notre langue. Puis, vous pourriez exposer les problémes que pose cette évolution et les solutions que proposent ces auteurs.

6

Document 1 : Jacques Peletier duMans, "A un poète qui n'écrivait qu'en latin", Vers lyriques, 1547.
Document 2 : Michel Serres, " La langue française souffre ", entretien au Monde de l'Education, juillet-août 1996.
Document 3 : Didier Decoin, "Un sésame tout autour de la Terre", Géo, août 1990.
Document 4 : Claude Hagège, "Le français et la vocation multiple ", Le Souffle de la langue, 1992, Odile Jacob.

1

2

DOCUMENT1 : Jacques Peletier du Mans, "A un poète qui n'écrivait qu'en latin", Vers lyriques, 1547.

3

A un poète qui n'écrivait qu'en latin
J'écris en langue maternelle,
Et tâche à la mettre en valeur,
Afin de la rendre éternelle
Comme les vieux (1) ont fait la leur,
Et soutiens que c'est grand malheur
Que son propre bien mépriser
Pour l'autrui tant favoriser.
Si les Grecs sont si fortfameux,
Si les Latins sont aussi tels,
Pourquoi ne faisons-nous comme eux,
Pour être comme eux immortels ?
Toi qui si fort exercé t'es
Et qui en latin écris tant,
Qu'es-tu sinon qu'un imitant ?
Crois-tu que ton poème approche
De ce que Virgile (2) écrivait ?

Jacques Peletier du Mans, "A un poète qui n'écrivait qu'en latin", Vers lyriques, 1547.

I. Vieux : les Anciens, c'est-à-dire lesécrivains de l'Antiquité gréco-romaine.

2. Virgile: grand poète latin.

DOCUMENT 2: Michel Serres, " La langue française souffre ", entretien au Monde de l'Education, juillet-août 1996.

Comment percevez-vous l'évolution actuelle de notre langue?
Ce qui me frappe le plus aujourd'hui, c'est que la langue française souffre. Elle est entrée depuis vingt ou trente ans dans un moment de grandedouleur. Nous sommes assez nombreux à en avoir conscience, les étrangers peut-être plus que nous encore. Ce basculement a eu lieu au moment où, dans les rues de Paris, les mots de langue anglaise l'ont emporté sur ceux de la langue française. Les publicitaires ont une part de responsabilité importante dans cette situation.
N'est-ce pas au départ une forme de mode, voire de snobisme que d'avoirutilisé certains mots de langue anglaise?
Le mot " snobisme" n'est pas suffisamment fort. Je dirais " collabo ". Je m'explique: il est de tradition d'emprunter aux puissants leurs usages, on les mime. En revanche, on n'hésite pas à écorcher l'espagnol ou l'italien à la radio, par exemple. On a le droit d'assassiner toutes les langues sauf la dominante, et c'est à cela que vous reconnaissez la servitude.La langue est une affaire corporelle. Tenez, il y a quelque temps, j'étais à une exposition des œuvres de Fragonard (1). Devant moi, en face d'un tableau, une mère et son enfant : " C'est quoi, le volant ? dit le petit - Mais c'est un badminton, répond la mère. " Ah! je comprends ", dit-il. La langue française est devenue étrangère pour certains Français, et c'est là que commence la douleur.
Ily a toujours eu des emprunts. Ce n'est pas nouveau.
Certes, cela s'est toujours passé. Au XVIe siècle, nous avons importé mille cinq cents mots d'italien. La règle est simple. Lorsque le mot étranger arrive, la langue l'accueille, l'absorbe et évolue. Mais lorsqu'on la détruit sciemment, il y a défiguration. Pourquoi dire " cash " quand on peut dire " en espèces " ? Pourquoi dire " best of " aulieu de " le meilleur de " ? Ce serait du snobisme si ce n'était pas l'imitation des puissants. Mais le problème vient de l'intérieur, c'est-à-dire de nous-mêmes, les Français.
Que voulez-vous dire par là ?
Les classes dominantes, hommes d'affaires, journalistes, banquiers, scientifiques, n'ont pas conscience de leur langue. Ils ne la respectent pas. Et je dis que la langue française est en...