Synthèse "l'important est -il d'arrver à ses fins quel que soit le détour utilisé?"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2957 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
BTS : Epreuve de culture générale et expression

Métropole SESSION 2009

ELEMENTS DE CORRECTION

On se reportera, pour les critères d’évaluation généraux de la synthèse et de l’écriture personnelle, à la charte des examinateurs ci-jointe.

Maîtrise de la langue pour l’ensemble des deux exercices :

Onpénalisera une maîtrise défaillante de la langue (orthographe et syntaxe) en enlevant 2 points maximum sur la note globale finale sur 20

Première partie : Synthèse (40 points)

Problématique et proposition de plan :

Problématique : Quelles sont les voies possibles pour réussir dans l’action ?
Thématique : La place essentielle de la ruse
Plan proposé

I. La ruse :une place essentielle dans de nombreux domaines

a) La mythologie antique: c’est grâce à elle que Zeus parvient à survivre et à exercer le pouvoir (doc 1 et doc 4); Athéna et les autres puissances divines s’en servent également (doc 1)

b) L’histoire et la politique, en Grèce, en Chine (doc 1 et doc 2) : la ruse permet de régler les luttes entre princes, les guerres intestines.c) Les arts et la littérature (doc 1 et doc 3) : la ruse contribue à la définition d’une forme de
héros, comme Ulysse dans l’épopée ou Renard dans les fables de la Fontaine.

d) La vie quotidienne (doc 3 et 4) : situation du renard et du bouc, exemples de la malice du marin, du chasseur, du nomade, du joueur d’échec.

La ruse apparaît donc dans de nombreux domaines,et dans des cultures très différentes. Elle a un caractère universel (espace-temps)

II. La ruse : une forme d’intelligence

a) La ruse peut être considérée comme une forme d’intelligence (doc 1, doc 2, doc 3, doc 4). Elle intervient dans des situations où la raison n’est pas efficace (doc 4), ou bien elle se met à son service et vient la compléter (doc 1).

b) Elle est uneforme d’intelligence pratique (doc 1, doc 2, doc 3, doc 4) qui s’appuie sur l’intuition, sur les capacités d’analyse et d’anticipation (doc 1, doc 2, doc 3, doc 4).

c) Elle utilise parfois des voies détournées, des procédés indirects ; elle s’oppose ainsi à la violence (doc 1) ou à l’idée qu’on se fait habituellement de l’efficacité (doc 2). Elle s’appuie sur les capacités de persuasion (doc1), sur le don de la parole (doc 3), sur le décryptage des indices et des fausses apparences (doc 4).

La ruse est donc une capacité indispensable : elle permet de s’adapter à l’imprévu, au
mouvant, au complexe (image du labyrinthe, du jeu d’échec)

III. La ruse : efficacité pratique et limites morales

a) La ruse est efficace dans les situations de conflit ou dedanger, qui peuvent se produire sur le plan personnel (doc 1, doc 3, doc 4) ou sur le plan collectif (doc 1, doc 4). Elle correspond à une faculté d’adaptation à des situations difficiles, mouvantes, complexes (doc 1, doc 4). Elle permet une efficacité pratique et favorise la réussite dans l’action (doc 2, doc 3, doc 4 ).

b) C’est pourquoi elle est valorisée sur le plan symbolique : c’estle cas dans le mythe ou les représentations du héros (doc 1, 2 et 4) et dans la définition qui est donnée de la civilisation, par opposition à la barbarie (doc 1)

c) Mais elle ne doit pas aboutir à une violence destructrice extrême (doc 1), à la recherche exclusive du profit (doc 2), et au mensonge (doc 3 et 4). Néanmoins le problème que pose sur le plan éthique l’emploi de la ruse n’estabordé que dans la morale très ambiguë de la fable de La Fontaine.

Conclusion : Le corpus présente la ruse d’une façon positive : c’est une forme d’intelligence utile, omniprésente, et efficace dans l’ensemble des activités humaines (et divines dans la civilisation grecque, où les dieux ressemblent beaucoup aux hommes). Elle permet de réussir dans des situations mouvantes et complexes que la...