Synthese histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8016 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Synthèse d’Histoire

1. Le Fascisme en Europe entre les 2 guerres

1.1 La pensée politique et les principes d’organisation du fascisme en Europe

a) Les pensées politiques

Le fascisme = - Mouvement politique anti-démocratique
- Anti parlementariste
- Contre la séparation des pouvoirs
- Contre le multipartisme
- Contre la liberté depresse.

On voit alors dans les années 20-30 le régime politique en place à l’époque comme en faillite. Une partie du peuple devient alors antidémocrate, c'est-à-dire pour le fascisme. Le fascisme est favorable à la sacralisation de la nation, ils veulent instaurer un état fort. => Ils veulent diminuer le pouvoir législatif, celui-ci étant en opposition avec le pouvoir exécutif fort. Cette façon defaire est un risque de dictature.
Dans nos démocraties, il y a des gardes fous qui permettent de ne pas franchir les limites. Mais parfois elles sont franchies : 2 exemples :
- Aux USA, après les attentats du 11 septembre, le « Patriot Act » a décidé plus au niveau du gouvernement => violation des droits flagrants. ?
- En France, Nicolas Sarkosy a supprimé « le juged’instruction » à cause de l’affaire Dutraux. Il va alors nommer « des juges de l’instruction », et lui sera surnommer «Sarkosy Napoléon »

b) Les structures de l’organisation

Leurs pensées politiques se définissent par la poussée à l’extrême du nationalisme et la sacralisation de l’état. On met moins l’accent sur la structure la rationnel mais on s’attarde plus au coté charismatique. Le chef est leguide, le sauveur, le messie, le sauveur providentiel (providence = terme désignant dieu)
On prendra l’exemple du totalitarisme, avec Hannah Arendt. D’origine juive-allemande, elle a expérimenté les différents types de totalitarisme.
Les structures fascistes son originales, nouvelles :
Il s’agit d’un parti hiérarchisé centralisé sur le chef, très hiérarchisé et où l’autorité tourne autour d’unchef.
Ce sont des partis militarisés par milice (armée privée, ex : Chemises brunes (SA), Chemises blanches, etc) Ces milices fonctionne comme une armée (uniformes, armes, drapeaux, défilés, saluts fascistes,…) et elles ont pour but d’incarner l’ordre, mais c’est elle aussi qui fait les sales boulots. On les associe à un ordre nouveau. Ils ne supportent aucune concurrence, alternative et ilsveulent supprimer toute opposition syndicale. Ils veulent un monopole politique => totalitarisme

2. Le fascisme en Italie

Naissance : 1919
Prise de pouvoir : 1922
Fin : 1943

Nous sommes en novembre 1919. L’Italie est un pays plongé dans une crise profonde (politique, sociale, économique)
Ainsi, trois facteurs nous montrent que l’Italie est mal :
• Sur le plan politique : L’Italieest instable. Sa structure ressemble à celle de la Belgique aujourd’hui. Son suffrage est proportionnel, c'est-à-dire que la majorité absolue est impossible => Immobilise politique. Il y a aussi un souci géopolitique. A la sortie de la guerre, l’Italie veut obtenir un peu de territoire Autrichien, sortant des vainqueurs de la 1ère guerre mondiale. Ces derniers voulaient obtenir la Slovénie et leTrentin. Mais ils n’auront que le Trentin, et La Slovénie sera rattachée à la Yougoslavie => C’est un déshonneur, une humiliation pour l’Italie.
• Sur le plan social, le Italie est scindée en deux : les Italiens du Nord et ceux du Sud, le centre étant mal aimé. L’Italie s’oppose entre une région du Nord industrielle, et une région du sud plus rurale (Contraire de la Belgique). Il y a un clivageentre un Nord riche, noble, peuplé et un Sud pauvre, faiblement peuplé. Cette zone du sud va se dépeupler par émigration. Aujourd’hui encore, il existe un parti séparatiste. Rome reste l’ennemi à abattre.
• Sur le plan économique, l’Italie connaît une crise économique monétaire (La Lyre). Les anciens combattants ne parviennent plus à retrouver de l’emploi. L’Italie sort vainqueur mais...
tracking img