Synthese protection sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2561 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Cette synthèse de trois documents portera sur l’emploi et notamment les aides existantes afin d’aider les personnes au chômage ou dans la précarité. Pour cela j’ai choisi de m’appuyer sur le débat de Serge Paugam et Bruno Pallier « Quels nouveaux défis pour la protection sociale ? », sur le texte de Denis Clerc « L’idée d’un revenu d’existence, une idée séduisante et dangereuse »,ainsi que sur l’article « L’état social actif, un projet pour les travailleurs ».
Cette synthèse sera articulée en trois parties, qui synthétiseront les propos retenus dans les différents textes étudiés. Dans un premier temps nous parlerons de la mise en place et l’évolution de la protection sociale en France, puis du passage de l’état social à l’état social actif et enfin nous essayeront decomprendre à la manière dont pourrait être repensé la solidarité, notamment avec le revenu d’existence.
Par la suite nous traiterons du cas de l’emploi des jeunes issus des quartiers dits « sensibles ».

Qu’est-ce que la protection sociale ?
Selon, le débat entre Serge Paugam et Bruno Palier, « Quels nouveaux défis pour la protection sociale », la protection sociale a été mise en place dans lebut d’offrir aux individus une plus grande sécurité d’existence face aux aléas de la vie. De plus elle permet de lutter contre la pauvreté. Cependant lors de sa mise en place, elle n’était réservée qu’aux personnes ayant un travail et payant des impôts.
Aujourd’hui, la protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquencesfinancières des « risques sociaux ». Il s’agit de situations susceptibles de compromettre la sécurité économique de l’individu ou de sa famille, en provoquant une baisse de ses ressources ou une hausse de ses dépenses (vieillesse, maladie, invalidité, chômage, maternité, charges de famille, etc.).
On remarque donc que la protection sociale a évolué au fil des années, cela à cause des nouvellespersonnes qui se sont adressés aux services d’actions sociales.
Au départ ces nouvelles personnes s’adressant à la protection sociale ne pouvaient être prises en charge. En effet, les services d’actions sociales n’étaient pas adaptés eux, à cause de la perte de leur travail et l’épuisement de leurs droits de chômages.
On parle de « trou » dans le système de protection sociale. Ces personnessont alors vouées à la logique de l’assistanat. Cette logique a pour objectif d’instaurer une solidarité entre les individus pour lutter contre les formes de pauvreté. Elle consiste à assurer un revenu minimum, qui ne couvre pas forcément un risque spécifique. Il est versé sous condition de ressources, mais non de cotisations préalables (revenu minimum d’insertion…).
Apparaît alors la notiond’exclusion. C’est ainsi que le Revenu Minimum d’Insertion a été mis en place, étant une « soupape à notre société » selon Serge Paugam afin de faire reculer la pauvreté. Ce revenu minimum d'insertion a pour objectif de garantir un niveau minimum de ressources et faciliter l'insertion ou la réinsertion de personnes disposant de faibles revenus. Cette mesure connait de plus en plus de bénéficiairesnotamment due à la précarité du monde du travail, à la dégradation du marché de l’emploi, à l’augmentation du chômage, et à la détérioration des conditions salariales. Face à ce nombre de demandes qui ne cesse d’augmenter, les services d’actions sociales tel que le RMI, ne sont plus adaptés.
En effet, le RMI est un dispositif utile pour limiter la grande pauvreté et garantir une protection aux personnesles plus précaires. Cependant, il n’a pas empêché la pauvreté à s’installer et n'a pas orienté ses bénéficiaires vers l'insertion professionnelle.
Face à cette trop forte demande, la protection sociale à tendance à accuser les pauvres et à les encourager à se prendre en charge eux-mêmes, sans solliciter les services d’actions sociales. Ceux-ci ne réagissant désormais qu’en situation de...
tracking img