SYNTHESES

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (269 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
n 1903, Georges Benoit-Lévy (1880-1971), titulaire d'une licence de droit, obtient une bourse du Musée social qui le charge d'aller étudier en Angleterre les villagesindustriels de Port Sunlight et de Bournville et de visiter le chantier de la première cité-jardin anglaise, Letchworth, mise en pratique des idées formulées en 1898 par lepubliciste anglais Ebenezer Howard. À son retour, il fonde l'Association des Cités-Jardins de France pour diffuser le modèle et susciter la création de « Letchworth à lafrançaise ». À partir du milieu des années 1920, il se mobilise activement en faveur de la cité linéaire mis au point par l'ingénieur madrilène Arturo Soria y Mata. Faceà la croissance infinie des grandes villes et la dégradation des conditions de vie, les deux dispositifs apportent, selon lui, des réponses pertinentes au doubleproblème de l'insalubrité de l'habitat et de la congestion urbaine. L'infortune critique de Benoit-Lévy associée au silence qui entoure son rôle après la Première Guerre mondialeméritaient un retour sur son parcours, depuis son entrée dans son entrée en réforme en 1903 jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale. En s'intéressant à laréflexion et à l'action de ce « propagandiste idéaliste », l'étude présentée ici vise moins à engager un procès en réhabilitation de Georges Benoit-Lévy qu'à pointer les limiteset les contradictions d'une vision qui envisage la ville comme ligne de fuite tout en mettant en lumière les apports d'une démarche qui font de cette figure atypique,ayant construit sa « carrière » hors du mouvement de professionnalisation du milieu urbaniste français, un acteur inattendu mais significatif des débuts de l'urbanism
tracking img