Tanit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (547 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Tanit, déesse phénicienne-carthagénoise, appelée aussi BA'ALAT ou ASTARTÉ, représentait le visage du Dieu BA’AL, personnification du soleil bienfaisant. Son culte, divulgué par les Carthaginois,grands navigateurs, s'est répandu largement dans la Méditerranée et même jusqu'au delà des colonnes d'Hercule. Elle était même connue à Rome, où elle fut appelée Dea Célestis ".
Tanit était aussi le nomdonné par les Carthaginois à la lune, qui change de face selon ses diverses phases où elle devient soit pâle, lumineuse ou invisible. Pourtant, elle existait comme déesse antique de l'Amour et de laMort, de la Création et de la Destruction, de la Tendresse et de la Crédulité, de la Protection et de la Tromperie.
2-Découvert :
Les découvertes de statuettes et des tophets permettent de voirjusqu'où la colonisation des Carthaginois fut implantée : on les a trouvé non seulement dans une grande partie de la Méditerranée mais aussi dans la zone occidentale de l'Angleterre. Ce rite se termina àCarthage à la fin du Vième siècle ap. Ch., avec la destruction du temple par les Vandales.
3-Symboles :
Son symbole, qui a été trouvé dans beaucoup de colonies puniques, se décrit par la combinaisond'un triangle équilatéral, d'une ligne horizontale et d'un disque, comme pour représenter une grosse figure humaine. De Tanit, on a trouvé de nombreuses statuettes qui la montrent nue, les mainsserrant les seins.

4-coutumes :
Le culte religieux pour les Carthaginois était celui de " tophet ", lieu enceinté où ils venaient recueillir les restes ( os ) des enfants qui avaient été sacrifiés àTanit. Cette immolation devait servir à apaiser la déesse, lorsqu'elle était fâchée contre la ville toute entière. Souvent, les sacrifices étaient réalisés avec des enfants de familles pauvres ouencore avec de petits animaux. Mais parfois, tout cela ne suffisait pas à la déesse et il fallait alors sacrifier ce qu'une famille avait de plus cher, soit le fils aîné. Cette macabre coutume prit fin...
tracking img