Tartuffe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2435 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Au XVIIème siècle, sous le règne de Louis XIV, Molière compose de nombreuses pièces de théâtre comiques et dramatiques. Une œuvre de Pierre l'Arétin de 1542 dénonce la naïveté des bourgeois fasse aux flatteries des autres. Elle s'intitule Lo Ipocrito et elle est similaire à l'extrait étudié de la pièce de Molière : Tartuffe ou l'Imposteur datant de 1664.

Molière, de son vrai nom Jean-BaptistePoquelin, est un dramaturge et acteur de théâtre français du XVIIème siècle (1622-1673). Fils d’un tapissier, il fait des études de droit. Il fonde en 1643 la troupe de l’Illustre-Théâtre qui s’installe à Paris en 1658. Molière écrit de nombreuses comédies telles que Les Précieuses Ridicules, le Misanthrope, l’Avare, Tartuffe, Don Juan, le Bourgeois Gentilhomme, ou encore Les Femmes Savantes,ainsi que des comédie-ballets. Prit d’un malaise au cours de sa 4ème représentation du Malade Imaginaire, il meurt à l’âge de 51 ans chez lui, dans la soirée. L'extrait étudié est la scène 3 de l'acte II de Tartuffe, où plusieurs thèmes sont traités de façon comique.

Comment Molière a-t-il rendu cette scène comique ?

Dans cette scène, il y a deux personnages de comédie : Dorine et Mariane.Mariane est une jeune fille soumise, forcée par son père à épouser Tartuffe. Elle n'a aucun pouvoir sur son père comme elle le rappelle : « Un père, je l'avoue, a sur nous tant d'empire » ; « Contre un père absolu que veux-tu que je fasse ? ». Elle explique de la sorte qu'elle ne peut rien faire contre la décision de son père. Mariane semble résignée mais cela montre une réalité du XVIIèmesiècle : La fille ne peut pas discuter les volontés de son père. C'est pourquoi elle ne semble pas révoltée mais plutôt passive et le montre en disant : « Que je n'ai jamais eu la force de rien dire ». Elle paraît être un personnage timide et soumis.

Dorine est une servante énergique. Bien que n'étant qu'une domestique, elle est la confidente de Mariane, « T'ai-je pas là-dessus ouvert cent fois moncœur ». Mariane tutoie Dorine et celle-ci la vouvoie, pourtant, la servante est loin d'être une domestique très réservée. Cela donne un aspect comique de la scène : Dorine n'a pas sa langue dans sa poche : « Et que si Tartuffe est pour lui si charmant,[...] Il le peut épouser sans nul empêchement ». Ces phrases comiques rappellent que la volonté du père est insensée et ridicule.

Il y a, danscette scène, une sorte de combat entre l'action et la passivité. Dorine parle beaucoup plus que sa maîtresse dans cette scène, c'est elle qui dirige la discussion, qui l'oriente. Cette façon de faire lui donne plus de pouvoir et d'importance que Mariane qui est plus passive. La domestique lui reproche en effet son mutisme, sa soumission. Elle emploie l'expression : « Avez vous donc perdu,dites-moi, la parole ». Elle pousse la jeune fille à agir, n'hésitant pas à la gronder et à remettre en cause sa passivité : « Sans que du moindre mot vous l'ayez repoussé! ».

Face à l'inaction de Mariane, Dorine fait preuve de bon sens, remettant en cause l'autorité et surtout le raisonnement paternel d'Orgon. Dans la réplique « Et faut-il qu'en ceci je fasse votre rôle? », Dorine énonce lesarguments qu'aurait dû prononcer Mariane. C'est en employant les mots « cœur », « aime » et « plaire » que Dorine parle d'un mariage d'amour mais avec les mots « que », « non pas », « qu'étant celle » et « c'est à vous » elle affiche son véritable avis et marque une opposition entre le père « lui » et la fille « vous ». Dorine rappelle à quel point la décision de son père est insensée, que le mariagedoit être une question d'amour entre les deux jeunes gens et que les goûts du père n'avaient rien à voir avec cela : « Vous vous mariez pour vous, non pas pour lui » et « C'est à vous, non à lui, que le mari doit plaire ».

Dans cette scène, Dorine a un rôle particulier. Elle veut faire réagir sa maîtresse et pour cela, elle sait trouver les mots justes. A partir du moment où elle dit « Mais...
tracking img