Taylorisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1495 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet: Peut-on parler d'une remise en cause de l'organisation taylorienne du travail?

Introduction :
« L’intérêt de chacun fait le bonheur de tous », d’après la célèbre phrase du père fondateur de l’école classique, l’économiste Adam Smith. D’après celui-ci l’organisation du travail est un effet de l’échange. En effet, l’échange est un besoin humain essentiel, puisque les hommesnaturellement cherche à échanger et c’est parce qu’ils sont certains de pouvoir échanger qu’ils vont se spécialiser. L’organisation du travail désigne la façon dont va s’organiser la division du travail qui est la répartition de tâches et d’activités complémentaires entre les individus qui va déboucher sur la spécialisation de chacun. Ainsi à la fin du XIX siècle, l’ingénieur américain Frederick Taylorconçoit la première organisation scientifique du travail sous le nom D’OST qui sera appelé le taylorisme, qui à pour objectif l’augmentation de la productivité en éliminant tout phénomène de flânerie des ouvriers par le chronométrage de tâches. Elle repose sur une double division du travail à la fois horizontale qui consiste à découper le travail en tâche simple, unique, répétitive et chronométré etpuis en une division verticale ou il y a séparation entre les dirigeants appelé les « cols blancs » qui organisent, conceptualisent et décident du travail à réaliser et les exécutants, appelé les « cols bleus » qui ne font qu’obéir aux ordres. Ainsi les principes tayloriens seront rapidement adoptés aux Etats-Unis et en Europe dans l’industrie en pleine seconde révolution industrielle. Mais, lesannées 60-70 voient apparaître les premières critiques contre une organisation scientifique du travail qui obligeait à « perdre sa vie pour la gagner », ainsi que l’apparition du film de Charlie Chaplin qui dénonce les effets pervers de celle-ci. Il est donc intéressant de se demander s’il est possible de parler de remise en cause de l’organisation taylorienne du travail ? Dans un premier temps nousverrons que l’organisation taylorienne du travail à été profondément remis en question et dans un second temps nous montrerons que les principes tayloriens n’ont pas pour autant disparu ce qui montre qui ne sont pas totalement remis en cause.

I/ l’organisation taylorienne du travail a été profondément remis en question

A)Le rejet du taylorisme au niveau des conditions de travail excessiveset abrutissantes et de la production de masse standardisé.

Durant les années 1970, Les principes tayloriens seront vivement dénoncés par les syndicats ouvriers qui déplorent d’une part, des conditions de travail beaucoup trop intensives et d’autre part la déqualification du travail ouvrier des lors que celui-ci est cantonné uniquement à des tâches d’exécution, et dévalorisent ainsi lesavoir-faire des ouvriers de métier, Smith parle de déshumanisation, en effet le travail est tellement divisé que les individus ne savent plus ce qu’ils font vraiment. Taylor le résume en une phrase simple « l’ouvrier n’est pas la pour penser ». Tout cela va entraîner une révolte des ouvriers. Cette révolte prend diverses formes comme, l’absentéisme, le Turn-over, les malfaçons, des sabotages, desgrèves qui compromettent ainsi les gains de productivités. De plus, les transformations du contexte économique au cours des années 1970 conduisent à une remise en cause de la production en grande séries. En effet, à partir de la fin des années 1970, le contexte économique est marqué par l’importance accrue de la compétitivité hors-prix. Avec une moindre croissance des marchés, la concurrence entre lesentreprises se fait plus vive. La demande est plus différenciée. Il faut davantage s’adapter aux désirs, aux goûts de la clientèle, et offrir une production diversifiée ce qui requiert un outil de production plus flexible. Le taylorisme classique, bien adapté à la production de masse standardisée se révèle insuffisamment flexible pour suivre les évolutions rapides de la demande. Ainsi, on peut...
tracking img