Tchernoooobyl

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1372 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L ' Accident

La centrale de Tchernobyl
La tranche 4 de la centrale de Tchernobyl est un réacteur RBMK de 1000 MW(e), en service depuis 1983. Il contient 1 681 tubes de force enfermant le combustible (soit 190 tonnes d’oxyde d’uranium enrichi) et un empilement de graphite comme modérateur, le tout refroidi par une circulation d’eau sous pression.

Trois causes pour un accident
La premièrecause de l'accident est le réacteur lui-même.
Les soviétiques n'ont pas assez pris en compte les
problèmes de sûreté lors de sa conception.
C’est lors d’un essai de sûreté que tout s’est déclenché.
Programmé lors d'un arrêt de routine de la tranche pour
maintenance, les 25 et 26 avril 1986, cet essai devait
tester le fonctionnement d'un nouveau système de
refroidissement de secours ducoeur.
Enfin, le personnel n'a pas su anticiper et stopper à temps le processus destructeur. Il l’a même amplifié

Une explosion, puis un incendie
Dans le coeur, les crayons de combustible se fragmentent.
Les pastilles d'oxyde d'uranium, surchauffées, explosent
et provoquent une déflagration qui soulève la dalle
supérieure du réacteur, d'un poids de 2 000 tonnes.
La partie supérieure du coeurdu réacteur est à l'air libre.
Le graphite prend feu. Trente foyers s'allument.
Il faudra trois heures aux pompiers pour les éteindre.
Du 27 avril au 10 mai, 5 000 tonnes de matériaux (sable, bore, argile, plomb…) sont déversées par hélicoptère pour recouvrir le réacteur.

Les Rejets
Les rejets radioactifs sont très variés. Les débris decombustible et de structure du réacteur sont projetésdans l’environnement proche de la centrale. Les poussières, les aérosols, les gaz sont entraînés par les masses d’air jusqu’à 10 000 mètres d’altitude et dérivent au gré des vents.


Les champignons reflètent la radioactivité du milieu dans lequel ils vivent

Les champignons reflètent la radioactivité du milieu dans lequel ils vivent. Lorsqu’à l’automne 1986, les arbres et arbustes desforêts, bois ou bosquets dans lesquels poussent le plus de champignons, ont perdu leurs feuilles, le césium 137 qu’elles contenaient s'est ajouté aux dépôts déjà présents sur le sol, augmentant ainsi de manière importante la contamination de la litière. De plus, le sol ne subissant aucune perturbation, le césium 137(*) reste ainsi piégé dans la couche superficielle du sol.
(* ) la période radioactivedu césium 137 est de 30 ans.

Les Conséquences sur l'Environnement

Le césium peut parcourir de longues distances avant de se déposer sur la terre. Il a maintenant disparu totalement de l'atmosphère et le reste de césium se trouve dans le sol à faible profondeur.
L'activité du césium-137 est un étalon représentatif de la contamination de l'accident de Tchernobyl. Cette activité facilementmesurable décroît lentement avec le temps (une fois fixé dans le sol, le césium est peu mobile) et l'on peut en déduire l'activité des autres éléments radioactifs. Lessivé par les précipitations, le panache s'est appauvri en polluants radioactifs. Loin de Tchernobyl, ce sont les zones de montagne ou celles arrosées par les pluies qui ont été les plus contaminées. L'activité de surface est mesurée enkilo becquerels (kBq) par mètre carré.
Etant fixé par les minéraux, il a une faible migration et sa disparition de la surface des sols est très lente. Celui-ci se concentre dans les 5 premiers centimètres de la litière végétale. Il y a alors une contamination par les racines des jeunes bois, des baies, et des champignons, puis … de toute la chaîne alimentaire.
· Quel est l'impact de l'accidentsur la végétation ?
A Tchernobyl, la radioactivité dans les feuillages entraîna une contamination lors des chutes (de feuilles) de la litière sur 40 000 Km². Le césium 137 est notamment absorbé par les champignons. Ceux-ci vivant plusieurs années, leur taux de radioactivité augmente progressivement : ils sont dits bio-accumulateurs. La norme autorisée est de 600 Bq /kg. Douze ans après, en...
tracking img