Td philo po

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3768 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
LUCCHINI
Claire
Groupe 151

TD : Philosophie Politique
Fiche de Lecture (Locke, Du Traité du Gouvernement Civil)

« Cette liberté par laquelle l’on n’est point assujetti à un pouvoir arbitraire et absolu est si nécessaire, et est unie si étroitement avec la conservation de l’homme, qu’elle n’en peut être séparée que par ce qui détruit en même temps sa conservation et sa vie. Orun homme n’ayant pas de pouvoir sur sa propre vie, ne peut, par aucun traité, ni par son propre consentement, se rendre esclave de qui que ce soit, ni se soumettre au pouvoir absolu et arbitraire d’un autre, qui lui ôte la vie quand il lui plaira. Personne ne peut donner plus de pouvoir qu’il n’en a lui-même ; et celui qui ne peut s’ôter la vie, ne peut sans doute, communiquer à un autre aucundroit sur elle. Certainement, si un homme, par sa mauvaise conduite et par quelque crime, a mérité de perdre la vie, celui qui a été offensé et qui est devenu, en ce cas, maître de sa vie, peut, lorsqu’il a le coupable entre ses mains, différer de la lui ôter, et a droit de l’employer à son service. En cela il ne lui fait aucun tort ; car au fond, quand le criminel trouve que son esclavage est pluspesant et plus fâcheux que n’est la perte de sa vie, il est en sa disposition de s’attirer la mort qu’il désire, en résistant et désobéissant à son maître.
Voilà quelle est la véritable condition de l’esclavage, qui n’est rien d’autre que l’état de guerre continué entre un légitime conquérant et un prisonnier. Que si ce conquérant et ce prisonnier venaient à faire entre eux un accord, par lequel lepouvoir fût limité à l’égard de l’un, et l’obéissance limitée à l’égard de l’autre, l’état de guerre et d’esclavage cesse, autant que le permet l’accord et le traité qui a été fait. »

Chapitre IV, De l’esclavage, Du traité de Gouvernement Civil, Locke

___________________________


Commentaire Linéaire

Au XIXème sièclel’esclavage est définitivement aboli dans la plupart des pays du monde, il s‘agira précisément du 27 avril 1848 pour la France ou encore du 18 décembre 1865 pour les Etats-Unis d‘Amérique. Pour arriver à un tel résultat de nombreux penseurs se sont penchés sur la question, parmi eux, John Locke y dédiera un chapitre de son Traité du Gouvernement Civil. Le chapitre qui contient cet extrait se situe au débutdu livre dans la continuation de son propos sur la liberté humaine à l’état de nature. L’auteur évoque ainsi l’esclavage sous cet angle particulier. Il veut démontrer que l’esclavage résulte de conditions bien particulières et de caractères propres à l‘homme. Il faut donc étudier avec attention ces deux aspects pour pouvoir y remédier. L’esclavage est-il ainsi un phénomène que l’on peut éviter ?Par quels moyens ? Dans un premier temps Locke marque ainsi l’importance de deux droits inaliénables de l’homme, la liberté et la conservation puis dans un deuxième temps, il détermine ce que signifie pour lui l’esclavage et le cadre particulier dans lequel celui-ci prend tout son sens, l’état de guerre et recherche une alternative possible à cela.

Premièrement, Locke semble réfléchirexclusivement dans le cadre politique et non dans un cadre général tourné vers des éléments réellement concrets. Le premier paragraphe de l’extrait s’attache particulièrement à deux notions phares de la théorie Lockéenne, la liberté et la conservation de l’homme. Il les rapporte tout deux au thème qu’évoque l’intitulé de son chapitre « De l’esclavage ».

Tout d’abord, la première phrase « Cette liberté….. sa vie » constitue l’une des phrases clé de l’extrait.
On peut imaginer dans un premier temps que la « liberté » à laquelle il fait référence au début de l’extrait se rapporte à la liberté qui nous a été alloué par Dieu dans l’état de nature. Il faut donc dans un premier temps définir l’état de nature selon l’auteur pour comprendre la suite du raisonnement. Ainsi John Locke imagine...
tracking img