Td ses terminale : les limites du pib

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1886 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TD de SES – Les limites du PIB

Document 1 :
Depuis sa création, le PIB comme indicateur de la richesse d’un pays a fait l’objet de débats. Si les limites du PIB étaient déjà perceptibles à ses débuts, comme l’avait fait remarquer le créateur du PIB, S. Kuznets, au Congrès américain en 1934, « la mesure du revenu national peut difficilement servir à évaluer le bien-être d’une nation », ellesn’étaient à l’époque pas considérée comme relevant d’une importance majeure ; cependant, ces mêmes limites amènent aujourd’hui les économistes et les gouvernements à remettre en question le bien-fondé de l’utilisation du PIB : cet indicateur seul ne suffit plus à rendre compte de la situation d’un pays, car la richesse n’est désormais plus considérée comme une notion strictement quantitative maisplutôt qualitative et prend en compte d’autres aspects que la simple richesse économique. Afin d’améliorer la mesure de la richesse, les économistes explorent de nouvelles voies, comme en essayant de compléter des indicateurs de richesse déjà existants, ou en cherchant à mettre au point de nouveaux indicateurs comme avec la commission Stiglitz, le FAIR (Forum pour d’Autres Indicateurs deRichesse)…

Document 2 :
Le PIB par tête se calcule en faisant le rapport du PIB sur le nombre d’habitants du pays ; il permet d’obtenir le revenu par habitant moyen et est utilisé dans le calcul de l’IDH comme mesure partielle du développement. Cet indicateur reste cependant limité : le bien-être n’est pas seulement représenté par une valeur économique, le PIB par habitant, qui est une moyenne, nepermet par ailleurs pas de montrer les inégalités de répartition ; de plus, cet indicateur étant quantitatif, il ne permet pas de différencier les biens et services qu’il prend en compte.

Document 3 :
Le PIB comptabilise les productions de biens et services marchands et de biens et services non marchands du secteur formel de l’économie. On comptabilise les productions du secteur marchand parleur valeur ajoutée, alors que les productions du secteur non marchand sont mesurées par la valeur de leurs coûts de production.

Document 4 :
Le calcul du Pib est limité, à la fois techniquement et par des choix comptables : ainsi, l’activité informelle reste non comptabilisée car difficilement mesurable, de même la consommation de la production non marchande des APU reste imprécise car elledécoule d’une convention, selon laquelle le consommateur de cette production serait l’Etat lui-même ; par ailleurs, la comptabilité nationale choisit de ne pas relever la production domestique car elle n’est pas rémunérée, et ne prend pas en compte les investissements immatériels dans le calcul de la FBCF, alors qu’ils représentent environ la moitié des investissements non matériels.

Document 5 :Le P.I.B ne prend en compte que la production résultant d’une activité rémunérée, soit l’économie formelle. Mais il ne s’agit pourtant que de la partie visible de la production réelle d’un pays. Or le P.I.B ne comptabilise pas le secteur informel qui se partage entre :
* L’économie souterraine qui est l’ensemble des activités productrices licites mais pratiqué de façon illégales comme letravail non déclaré (« travail au noir »). Par exemple en Afrique subsaharienne 73% des emplois se situent dans le secteur informel.
* Les activités hors-marché qui sont le troc, l’autoproduction, l’autoconsommation, rémunérations en nature, bénévolats etc.
Le secteur informel échappe donc aux statistiques en dépit de son impact sur la société et l’économie, car l’économie souterraine échappeaux règles économiques et sociales et à l’intervention de l’Etat, elle donne lieu à aucuns prélèvements obligatoires (fiscalités) et enfin elle fausse le jeu de la libre concurrence par rapport aux activités légales, soit du fait de l’intégration d’activités délictuelles ou criminelles, cherchant à se réinvestir (blanchiment d’argent).
Les services non marchands sont des services qui relèvent de...
tracking img