Techniques de travail social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2051 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Depuis longtemps, on a assisté à divers problèmes liés à l’exploitation. Si l’on parle de la ségrégation raciale, elle était encore présente dans certains états jusque dans les années 1970, si celle-ci a été abolie à cette époque, il existe encore plusieurs sortes d’exploitation humaine un peu partout dans le monde. Par exemple, en Asie, on en retrouve diverses sortes comme : de l’exploitationsexuelle, de l’exploitation au travail, de la maltraitance, beaucoup de traite d’enfants et bien d’autre. C’est d’ailleurs sur ce sujet que nous allons élaborer, l’exploitation des enfants en Asie et pourquoi il y en a.

Présentement, l’Asie compte environ une population de 3,8 milliards, plus exactement de 3 879 000 000 d’habitants, dont deux milliards d’entre eux ont moins de 20 ans. On comptesix des plus grandes puissances économiques du monde dont : la Chine, le Japon, l’Inde, la Corée du Sud, l’Indonésie et finalement Taïwan. Elle a une superficie d’approximativement 43 810 582 km ce qui veut dire 8,6 % de la surface totale terrestre. C’est sur ce continent qu’on y trouve le mont Everest, le plus haut sommet du monde jusqu'à présent. On y trouve une main-d’œuvre bon marché c’est cequi cause de nombreuse délocalisation des industries de nos pays vers l’Asie que l’on qualifie de plus abordable. C’est pour cette raison que nous qu’il y a beaucoup d’exploitation sur ce continent. Environ 1,2 million d’enfants de partout dans le monde seraient victime de traite chaque année pour diverses raisons, dont partie qui alimente le plus le trafic de prostitution enfantine est l’Asie.On retrouve en Asie 153 millions de jeunes entre 5 et 14 ans qui travaillent afin d’aider de faire subsister leur famille.

Il existe différentes sortes d’exploitation des enfants en Asie on retrouve principalement les esclaves sexuelles et la traite d’enfants qui iront travailler dans l’agriculture ou les industries, servent souvent à payer les dettes familles. La pauvreté est donc la principalecause de l’exploitation des enfants dans ce pays. Une fois remis à leur «maitre », les enfants sont leurs serviteurs, sans ressource pour s’en sortir, ils restent alors là jusqu’à ce qu’ils soient revendus ou morts d’épuisement, de maltraitance ou encore de maladie non soignée. Le fait d’être esclave sexuel ou de travailler dans des industries favorise fortement les maladies, les malformations duau fait de travailler avec des étrangers, mais aussi de travailler dans de petits endroits insalubres.

En premier lieu, nous constatons qu’il y a énormément d’exploitation chez les Asiatiques. Pour la raison suivante : la pauvreté, elle pousse les enfants à travailler pour faire vivre la famille, elle fait aussi en sorte que certains parents vendent leurs enfants afin de rembourser une partiede leurs dettes ou les mettent en gage un certain temps, dans ce cas si, il est très rare que l’enfant revoie un jour sa famille. Le manque de ressource et de compétence de la part des enseignants, des parents, des agents sanitaires et des travailleurs sociaux sont une autre cause du haut taux d’exploitation, si l’on donnait plus de connaissance, d’autorité et de moyens ceux-ci pourraient sansaucun doute faire une plus grosse différence et aider les familles et enfants a s’en sortirent plus facilement. Le non respect des certaines appartenant à la Convention relative aux droits de l’enfant comme celle que l’on doit «prendre toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants à quelque fin que se soitet sous quelque forme que se soit» (article 35) , si de telle loi ont été mises en place c’est parce qu’il y avait un problème, alors le respect de celle-ci pourrait grandement aider les enfants victimes de toute sorte d’abus. Les différentes causes de l’exploitation qui fait rage en Asie sont directement liées à l’économie, en luttant donc contre la pauvreté nous devrions alors voir une baisse...
tracking img