Telephone portable

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2034 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
J'ai choisi ce sujet pour voir quel opérateur et quel forfait est le plus utilisée sur ces 19 personnes.

Questionnaire
1- Quel opérateur avez vous?

2-Quel forfait avez-vous?

3-Utilisez-vous un abonnement ou une carte ?

Statistique sur les différents opérateurs.

1-Je vais tout d'abord étudier la 1ère question qui est « quelopérateurs avez-vous ? »

Orange Sfr Bouygue Nrj mobile
10 6 2 1

Je constate que l'opérateur le plus utilisé est orange, je vais représenter ces données dans un tableau.

Explication du tableau
Pour trouver la fréquence en % j'ai utilisé le calcul suivant : effectif x100
effectif total

Lacolonne (A) représente l'effectif de personne par opérateurs sur les 19 élèves.
La colonne(B) représente le pourcentage de personnes par opérateur peut citer comme appareil pouvant être perturbés quasiment tous les appareils électroniques destinés a être utilisés à domicile qui ont un niveau d'immunité de 3V/m On trouve tous les appareils medicaux comme les thermomètres, les lecteurs de glycemie,les tensiomètres,etc .. et les appareils non classés medicaux (detecteurs de chute dans les piscines, stimulateurs electro-musculaires etc...)
Risques d'explosion ?[modifier]
Malgré les croyances répandues, le risque d'explosion dans les stations services due à un téléphone portable est extrêmement faible17.
En ce qui concerne les incidents rapportés d'explosions spontanées de batteries, ellessont attribuables exclusivement à l'utilisation de batterie d'accumulateurs de mauvaise qualité (ou des contrefaçons de modèle standard) ou au rechargement par un système non adapté.
Risques sanitaires liés aux ondes électromagnétiques[modifier]
Article connexe : Risques sanitaires des télécommunications.
Diverses études scientifiques et médicales portent sur les risques potentiels de cancersengendrés sur le long terme par les champs électromagnétiques générés par les mobiles et les antennes relais. L'interprétation de ces études fait l'objet de controverses régulièrement relayées par les médias.
L'état des connaissances[modifier]
En se basant sur une revue de littérature d’études épidémiologiques, l’OMS a conclu en 2005 qu’il est peu probable que l'exposition aux ondesélectromagnétiques des téléphones mobiles ait des conséquences néfastes sur la santé des usagers14. Elle estime qu’« aucune étude nationale ou internationale récente n'a permis de conclure que l'exposition aux champs [de radiofréquence] émis par les téléphones portables ou leurs stations de base a des conséquences néfastes sur la santé » et que les études épidémiologiques « n'ont pas permis d'établir de manièreconvaincante un lien entre l'utilisation du téléphone portable est un risque accru de cancer ou d'autre maladie »14. Concernant les stations relais (ou antennes relais), l’OMS constatant que l'exposition aux champs de radiofréquence provoqués par ces stations est généralement plus de mille fois inférieure à l'exposition aux champs de radiofréquence émis par les téléphones portables, il est peuprobable qu'elles aient des effets indésirables14.
L’Agence française de sécurité sanitaire a publié en juin 2005 un avis sur les mobiles, dans lequel elle conclut elle aussi à une absence de preuve de nocivité en l’état actuel des connaissances mais appelle à la vigilance et à la poursuite de travaux scientifiques18. Ce rapport fut cependant dénoncé en 2006 par l'inspection générale des affairessociales en raison des liens entre les industriels de la téléphonie mobile et les auteurs de l'étude19. Le Canard enchaîné du 4 mars 2009 rapporte notamment que Bernard Veyret (directeur de recherche au CNRS), qui a signé le rapport de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement publié en 2005, siège au conseil scientifique de Bouygues Télécom.
Le ministère français en charge...
tracking img