Test

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6099 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
MERVIEL

SA

Implantée à Halluin, en périphérie de la métropole lilloise, VERNE & MERVIEL a, au fil de trois générations, développé un outil de tricotage et tissage autour d'un axe très clair : la commercialisation et la fabrication de "tissus de coton à usage externe, ayant certaines exigences de technicité". Avec les décennies cet outil, lourd et spécialisé, montra vite ses limites et plusparticulièrement son manque de flexibilité. Lorsque vint s'y greffer un outil de teinture, ce constat s'amplifia au point de poser à la firme nordiste de sérieux problèmes face à la rapidité d’évolution et à l'éclatement des marchés. Lorsque Denis MERVIEL, 40 ans, et Eddy son frère, 36 ans, prirent en 1995 la direction de la firme, leur diagnostic était clair : tout en ayant accumulé troissavoir-faire, l'entreprise, bercée et confortée par un marché porteur, ne s'en était pas moins installée dans des rails, voire même dans ses meubles, et démontrait, malgré une rentabilité toujours acceptable, une capacité de plus en plus faible d'innovation. MERVIEL SA venait ainsi de naître… et la firme axa dès lors son devenir autour de quelques choix fondamentaux : Si l'innovation devait être àl’avenir le moteur de l’entreprise et sa principale raison d'être, la rentabilité, qui seule fournissait les moyens de la créer et de la maintenir, constituait "une ardente obligation", Combustible de l'innovation, la rentabilité était aussi l'instrument mesurant sa réalité, tant il est vrai qu'un amoindrissement de ses marges signifiait avant tout qu'une innovation s'estompait, Innover ne suffisait doncpas. Il fallait aussi et surtout le faire "en temps réel". La rapidité devait donc être l’arme maîtresse de MERVIEL SA, qu'il s'agisse de rapidité de réaction ou de rapidité d'action, MERVIEL S A devait donc "capter le besoin dans sa mobilité", c'est à dire le plus en amont possible de sa concrétisation et se doter des moyens pour y répondre aussitôt dans les meilleurs termes de satisfaction,quitte à vérifier en permanence la correction des choix effectués, L'outil devait être pour sa part en adéquation avec ce besoin au moment voulu. Dès lors une obligation apparaissait, se concentrer sur la "philosophie" de l'outil, c'est à dire sur les possibilités et les limites de chaque équipement potentiel, Mais travailler en temps réel impliquait également optimiser les flux, veiller à leuramélioration constante, Et ce, dans un contexte de complexité croissante car c'est dans le monde entier qu'il fallait chercher des ressources susceptibles d'être dirigées vers l'entreprise, Mais, traiter avec des chinois, des indiens, des européens de l'est ou des égyptiens, c'était d'abord et avant tout travailler avec une philosophie différente,

Christian Aubert CEPI Lille- Actualisation Idrac Lyon2004

1

La constitution des équipes futures prendrait donc en compte ces impératifs avec l'embauche privilégiée de jeunes, non prisonniers d'un passé, d'une technique et d'un professionnalisme fermé, tout en étant d'abord et avant tout ouverts au monde.

Eddy MERVIEL prit en charge le marketing et le commercial de l'entreprise, mettant ainsi au service de celle-ci un talent peu commun dedétection des besoins latents et un sens aigu des contacts et de la négociation. Denis, pour sa part, se consacra aux achats, détectant dans le monde entier des fournisseurs susceptibles de satisfaire dans les meilleures conditions de qualité, prix et délai, les demandes que son frère lui transmettait. L'entreprise organisa donc ses achats autour de quatre lignes : Achats d’écrus qu’elle sechargeait ensuite de teindre ou d’imprimer, Achats de tissus teints ou imprimés qu’il fallait ensuite apprêter, Appel à des sous-traitants pour le tissage, la teinture, l’impression ou l’apprêt, Acquisition en négoce pur de tissus finis. A ces quatre lignes d'activité les MERVIEL devaient ensuite en ajouter une cinquième. Soucieux de produire partiellement par leurs propres moyens, ils confièrent à...
tracking img