Texte de merleau ponty

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1856 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte :

“ Il y a (...) deux vues classiques. L'une consiste à traiter l'homme comme le résultat des influences physiques,
physiologiques et sociologiques qui le détermineraient du dehors et feraient de lui une chose entre les choses.
L'autre consiste à reconnaître dans l'homme, en tant qu'il est esprit et construit la représentation des causes
mêmes qui sont censées agir sur lui, uneliberté acosmique1. D'un côté l'homme est une partie du monde, de
l'autre il est conscience constituante du monde. Aucune de ces deux vues n'est satisfaisante. À la première on
opposera toujours (...) que, si l'homme était une chose entre les choses, il ne saurait en connaître aucune,
puisqu'il serait, comme cette chaise ou comme cette table, enfermé dans ses limites, présent en un certain lieu del'espace et donc incapable de se les représenter tous. Il faut lui reconnaître une manière d'être très particulière,
l'être intentionnel, qui consiste à viser toutes choses et à ne demeurer en aucune. Mais si l'on voulait conclure de
là que, par notre fond, nous sommes esprit absolu, on rendrait incompréhensibles nos attaches corporelles et
sociales, notre insertion dans le monde, on renonceraità penser la condition humaine. ”

Corrigé

1. Le duel entre deux options ( « Il y a ... satisfaisante »)
A. Un simple point de vue sur l’homme
L’auteur prend acte de tendances immanentes au débat philosophique sur le statut de l’homme, qu’il oppose sous le nom de vues. Ce terme équivaut à la notion de point de vue. Or un point de vue est souvent partiel sur les choses. Si on prend tel pointde vue, on ne voit pas nécessairement les choses telles qu’elles sont, mais telles que ce point de vue les révèle. Il faut également lire sous le terme de vues, une critique latente de positions philosophiques qui ne vont pas jusqu’au fond des choses, en restent à certaines dimensions des choses qui se laissent percevoir, ou saisir de l’extérieur. Nous allons voir que la position à laquellel’auteur nous invite à nous rallier se caractérise par une tentative d’aller au fond des choses.

B. La première thèse
On en trouve une description en deux endroits de cette première partie : dans la deuxième phrase, et plus loin dans : « D’un côté ... constituante du monde ».
Après avoir repéré ces positions, il convient d’en expliquer la logique interne. La première tendance transforme l’homme enchose. Comment comprendre cela ?
Cette remarque a pour but de faire comprendre que les sciences, qu’elles soient sciences exactes, biologie, ou sciences humaines, considèrent l’homme d’une certaine manière que ces disciplines imposent. Pour l’auteur, l’explication scientifique des phénomènes implique que ces phénomènes soient considérés dans la seule mesure où ils sont soumis et répondent à deslois. La soumission pleine et entière des phénomènes naturels à des lois est un présupposé de la science. La chose se définit pour la science par le concours de lois qui la produisent, la déterminent du dehors à être ce qu’elle est. On comprend alors pourquoi l’étude scientifique de l’homme, qui cherche à déterminer les règles ou les lois physiques, physiologiques ou sociologiques . qui par leurconcours auraient pour . résultat l’homme, transforme celui-ci en une chose. On peut comprendre aussi pourquoi, dans cette perspective, l’homme est considéré comme une partie du monde. Le monde ou les phénomènes naturels s’expliquent par des lois, et si l’homme s’explique également par des lois, et éventuellement par les mêmes lois qui règnent dans la nature, il est alors une simple partie du monde,sans
autre dignité spécifique. On peut reconnaître dans cette position ce que l’on s’accorde parfois à nommer le matérialisme.

C. La seconde thèse
On en trouve le détail dans la troisième phrase du texte, et dans la fin de la quatrième.
Elle voit dans l’homme un esprit. L’esprit s’oppose ici évidemment à la chose. L’esprit n’est pas une chose : il ne peut pas être localisé ni mesuré...
tracking img