Texte de platon: l'autorité des lois (l'etat)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (419 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les lois s'adressent ici à Socrate pour lui demander de leur obéir, quoiqu'il puisse lui en coûter.
L 'individu est en effet toujours redevable à l'égard de la communauté, et donc des lois, quilui ont assuré le statut de citoyen libre:

"Considère donc, Socrate, [les lois] pourraient-elles ajouter, si nous n'avons pas raison de dire qu'il est injuste d'entreprendre de nous traitercomme tu projettes de le faire'. Nous qui t'avons mis au monde, nourri, instruit, nous qui vous avons, toi et tous les autres citoyens, fait bénéficier
de la bonne organisation que nous étions enmesure d'assurer, nous proclamons pourtant, qu'il est possible à tout Athénien qui le souhaite, après qu'il a été mis en possession de ses droits civiques' et qu'il a fait l'expérience de la viepublique et pris connaissance de nous, les Lois, de quitter la cité- à supposer que nous ne lui plaisons pas, en emportant ce qui est à lui, et
aller là où il le souhaite. Aucune de nous, les Lois,n'y fait obstacle, aucune non plus n'interdit à qui de vous le souhaite de se rendre dans une colonie, si nous, les Lois et la cité, ne lui plaisons pas, ou même de partir pour s'établir àl'étranger, là où il le souhaite, en emportant ce qu'il possède.
Mais si quelqu'un de vous reste ici, expérience faite de la façon dont nous rendons la justice et dont nous administrons la cité, celui-là,nous déclarons que désormais il est vraiment d'accord avec nous pour faire ce que nous pourrions lui ordonner de faire. Et nous affirmons que, s'il n'obéit pas, il est coupable à trois titres: parcequ'il se révolte contre nous qui l'avons mis au monde, parce que nous l'avons élevé, et enfin parce que, ayant convenu de nous obéir, il ne nous obéit pas sans même chercher à nous faire changerd'avis, s'il arrive que nous ne nous conduisions pas comme il faut, et donc que, même si nous lui proposons cette alternative au lieu de prescrire brutalement de faire ce que nous prescrivons de...