Texte de platon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1623 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
"Mais du moins, mon cher, ceux du temple de Zeus à Dodone, prétendaient que c'est d'un chêne qu'étaient issues les premières paroles divinatoires. Et sans doute ceux d'alors, attendu qu'ils n'étaient pas des sages comme vous les jeunes, se contentaient, du fait de leur candeur, d'écouter un chêne ou une pierre, pour autant qu'ils disent la vérité. Mais pour toi, sans doute, ce qui importe, c'estqui parle et d'où il vient ; tu ne te contentes pas d'examiner dans chaque cas s'il en est ainsi ou autrement." (Phèdre, 275b-c)

Si les érudits de l'antiquité avaient déjà des doutes sur l'authenticité de certains des écrits attribués à Platon (ainsi par exemple, une tradition très ancienne attribue l'Epinomis à Philippe d'Oponte, un disciple de Platon auquel on attribue aussi l'"édition" desLois, inachevées à la mort de Platon), ils ne manifestaient guère d'intérêt pour la chronologie de leur composition, qui semble tant soucier les spécialistes contemporains ; ils se souciaient bien plus de l'ordre de lecture que de l'ordre de composition. En d'autres termes, la plupart d'entre eux, y compris des scholarques ultérieurs de l'Académie, concevaient le corpus platonicien comme un toutdestiné à aider l'étudiant en philosophie à progresser vers la vérité et la sagesse, certains dialogues étant plus adaptés aux débutants, d'autres plutôt réservés aux lecteurs plus avancés.

Comment se fait-il donc alors que l'ordre de composition soit devenu si important de nos jours ?.. On peut trouver les racines de ce changement de perspective dans les travaux des érudits des XVII etXVIIème siècles, qui commencèrent à appliquer les techniques de la critique littéraire moderne à tous les textes de l'antiquité. Le résultat, avec les textes de Platon comme avec tant d'autres textes, fut de contester l'authenticité de la plupart des dialogues à un moment ou à un autre. Mais, dans bien des cas, les critères utilisés pour ce faire avaient plus à voir avec la compréhension que l'auteuravait du platonisme en tant que doctrine, et avec ce qui lui semblait "digne" du style et des idées supposées de Platon, qu'avec des caractéristiques "objectives" des dialogues, indépendantes de la compréhension qu'on en pouvait avoir.

En d'autres termes, ces études conduisirent à mettre l'accent sur les apparentes contradictions qui pouvaient de faire jour entre les dialogues, et, après quechaque auteur se soit fait sa propre idée sur ce qu'il considérait comme le vrai platonisme, à son rejet comme inauthentique de ce qui lui semblait contredire cette compréhension.

Puis vint le "darwinisme" ! Non pas bien sûr le darwinisme "zoologique", mais son corollaire là comme dans de nombreux autres domaine, l'"évolutionisme" sous une forme ou sous une autre. Dans le cas qui nous occupe, ilconduisit à l'hypothèse que, pour expliquer les prétendues contradictions entre dialogues, il suffisait de supposer une "évolution" de la pensée de Platon au fil des quatre-vingts ans environ que dura sa vie. Et nous y voilà ! Dès lors, il devenait de la plus haute importance de déterminer à quel moment de la vie de Platon tel ou tel dialogue avait été écrit pour savoir à quel stade de sa penséeil appartenait ! Malheureusement, cette approche n'était guère plus fiable que celle qu'elle était censée remplacer, car, devant le manque de données certaines sur les dates de composition des dialogues, les spécialistes se trouvaient en présence d'un cercle vicieux, puisqu'il leur fallait plus ou moins inclure dans leurs hypothèses ce qu'ils prétendaient prouver au terme, à savoir, ce que pouvaitbien être un platonisme de jeunesse, de maturité ou de vieillesse. Ainsi par exemple, tenter d'utiliser comme critère l'influence de Socrate (en posant que plus son influence semblait grande, plus le dialogue était ancien) ne pouvait pas mener bien loin vu que Socrate n'a pas écrit une ligne et que l'essentiel de ce que nous savons de lui vient précisément des dialogues de Platon !.. Il était...
tracking img