Texte de polzano

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (691 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Bolzano, Introduction à la Théorie des grandeurs (1833)

« 1)On comprendra ce que j’entends par proposition dès que je remarque (sic) que ce n’est pas pour moi ce que les grammairiens appellent uneproposition, à savoir l’expression verbale, mais uniquement le sens de cette expression, lequel, nécessairement et toujours, ne peut être que vrai ou faux : une proposition en soi ou une propositionobjective. J’accorde bien l’existence à la conception d’une proposition dans l’esprit d’un être pensant, je l’accorde bien aux propositions pensées et aux jugements qu’on porte, à savoir l’existencedans l’esprit de celui qui pense ces propositions et qui porte ces jugements. Mais les pures propositions en soi, ou les propositions objectives, je les compte parmi une espèce de choses qui ne sontabsolument en rien des existants, et qui ne pourront non plus jamais le devenir. Que nous pensions à une proposition, que nous jugions qu’une chose soit ainsi ou autrement, cela est quelque chose deréel, qui est apparu en un temps déterminé et qui cessera aussi en un temps déterminé ; les signes écrits, par lesquels nous couchons quelque part de telles propositions, sont de même quelque chose quiappartient à la réalité ; mais les propositions mêmes n’appartiennent à aucun temps et à aucun lieu.
2)Si, comme je l’espère, on peut comprendre d’après ce qui vient d’être dit, ce que j’entends parproposition en soi ou proposition objective, on comprendra également ce que j’appelle une représentation en soi ou représentation objective. Dans chaque proposition peuvent, en effet, être distinguéesplusieurs parties et si celles-ci ne sont pas à leur tour des propositions entières, je les appelle représentations ou (tenant compte d’une différence qui doit être expliquée par la suite), parfoisaussi concepts. Ainsi, la proposition : Dieu a l’omniscience, se compose de parties : Dieu, a et omniscience ; je les appelle par conséquent représentations. De même qu’une proposition en soi n’a pas...
tracking img