Textes littéraires comme arme de combat

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (523 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
A l’instar de Voltaire dans Prière à Dieu, la littérature devient une véritable arme de combat pour plus de justice. C'est-à-dire que les écrivains utilisent des écrits dans le but de défendre unecause. Nous allons donc nous demander en quoi les textes littéraires sont un engagement pour donner leur opinion, critiquer ou défendre. Tout d’abord, nous analyserons les objectifs des textesargumentatifs comme une arme de combat. Ensuite, nous parlerons des différents procédés utilisés dans le but de critiquer implicitement ou explicitement.

Pour défendre une cause, les écrivains utilisentdifférents procédés. Ils sont plus ou moins engagés selon les auteurs et leurs œuvres. En effet, pour se faire entendre, certains écrivains ont dû contourner la censure en créant des personnagesfictifs, car auparavant, si une œuvre était en désaccord avec la société, elle n’était pas publiée et son message n’était donc pas diffusé. Nous pouvons le constater avec Montesquieu qui a écrit les LettresPersanes, où dans la lettre de Juin 1712, il invente les personnages Rica et Ibben afin de remettre en cause l’absolutisme, sur la pensée des Lumières.
Par ailleurs, d’autres auteurs profitent de lacensure officielle qui rendent leurs ouvrages plus populaires étant donné que l’interdit attise la curiosité, nombreux sont ceux qui malgré tout lisent les textes ou vont voir les pièces de théâtre,censurés, ce qui permet une grande diffusion des idées traitées et des causes défendues. Nous pouvons prendre pour exemple Molière qui a souvent connu la censure, comme pour Tartuffe. Nombreuses sontces œuvres qui ont été censurée car au travers de ses personnages, il critiquait la bourgeoisie et les privilèges. Dom Juan a également été longtemps censuré à cause de son personnage principal quiincarne le libertinage et de son portrait de « grand seigneur méchant homme ».
Pour finir, d’autres grands hommes de la littérature française se servent de la littérature dite engagée. On dit d’une...