Tfe sur la bourse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3879 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
TRAVAIL DE FIN D'ETUDE:
En défaveur de la cupidité extrême du monde de la bourse

















Introduction:


Après la crise économique de 2008,un monde inconnu pour la plupart des personnes est apparu au grand jour. Un monde où des hommes semblent contrôler l’économie international en spéculant principalement de Wallstreet (aux États-Unis) ou de laCity (à Londres) sans aucun scrupule. Suite aux divers scandales qui ont éclatés révélant les nombreuses « magouilles » s’y déroulant. Un monde où, apparemment, la cupidité est reine. Les salaires de ces hommes, appelés traders, battent des records, même en pleine crise. Serait-ce une des causes qui poussent ces hommes à franchir certaines barrières morales dans le but de s’enrichir encore ettoujours plus? Leurs cupidité n’a d’égale que leur égo et pourtant, il apparait que ces hommes qui plongent notre monde dans la crise, tel en 2008, où les « subprimes » ont causé la chute de tout les système économique. Notre système financier serait-il entièrement dirigé par ces hommes sans scrupules? Peuvent-ils encore fait preuve de culpabilité en ce qui concerne l’argent? Ne la ressent-t-ilseulement pas, en voyant des milliers des personnes, déjà au bord du gouffres, perdre leur emploi ou leur maison, dû à leurs spéculations (voire même leurs mensonges) à propos de l’avenir économique incertain de leur société? Voir même, d’un pays tout entier?
Après les différents « Krach  » boursiers qui ont secoué le monde tout au long du XXème siècle, il semble que l’histoire se répètera car, à peineentré dans le XXIème, notre monde est déjà plongé en pleine crise financière. Ne devrions-nous pas mettre un terme à ce système économique qui ne rapporte de l’argent qu’à une élite, qui en extérieur parait tout posséder? Leur employeur, c’est-à-dire les banques dans lesquelles nous plaçons nos économies, couvrent les traders tant que ceux-ci leur est profitable (économiquement parlant)? Cettepression constante peut-elle à elle seule justifier leurs actes? Pour clore cette introduction, je laisserai la parole à XXX, qui disait dans « L’art de la guerre » : « La victoire a mille pairs, mais la défaite est orpheline ».

Présentation oral du TFE:

Résumé du livre: Cityboy de Geraint Anderson

Publié en 2008, en pleine crise financière mondiale, Cityboy raconte la vie d’un jeunetrader qui découvre la bourse de Londres et le monde des affaires, où l’argent est impitoyable et semble sans limite. Entre la vie professionnelle et privée des traders, on nous décrit un monde financier sans aucune limite et sans responsabilité vis-à-vis de l'humanité.
L’auteur, Geraint Anderson, est un ancien trader repenti de la City, à la bourse de Londres, où il a travaillé pendant une dizained’années. Apres avoir quitté sa profession, il a décidé de raconter et mettre à la lumière du jour ce qu’il a vécu. Tout au long de cette autobiographie, le personnage principal, Steve, (qui Geraint Anderson) vous décrit son travail au sein d’une société de la City, ses relations avec ses collègues, ses supérieurs, ses clients. Il nous montre les dessous de la bourse et de l’économie que peu depersonnes extérieures à ce monde peuvent connaître. On découvre un monde où l’appât du gain surplombe les valeurs et les lois . Après être arrivé dans la finance sur le conseil de son frère, après des études d'histoire à Cambridge et des mois passés à se faire plaisir en hippie sur des plages indienne, son frère lui a obtenu un rendez-vous avec un de ses clients, qui l'a finalement recruté.
Grandcommercial et manipulateur, il a beaucoup misé sur cela pour rapporter de l’argent aux banques et à lui-même. Homme de gauche dans son jeune temps, il devint pourtant un des meilleurs traders de la Bourse. Au fil de l’histoire Steve refoule de plus en plus cela et devient un trader talentueux, sans scrupule, avec de nombreux problèmes de drogues et de sexe comme beaucoup. Malgré cela il n’oublia...
tracking img