Théâtre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3618 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mercredi 26 janvier 2011

Contrôle continu: dissertation le 6 avril 2011

Chapitre 1: Le système dramatique |

Qu'est ce que le théâtre?


Quels sont les rapports entre le texte et la représentation?

Le théâtre est un art paradoxal qui relève de l'imaginaire, de la littérature. Mais en même temps c'est aussi quelque chose de concret car il donne lui à une représentation.C'est aussi quelque chose d'éternel car on peut jouer des millier de fois une pièce mais chaque représentation est unique.

Est-ce que le théâtre est seulement fait pour être joué? Comment lire une pièce de théâtre?

Anne Ubersefeld propose deux attitudes possibles par rapport au théâtre:
Une attitude classique intellectuelle qui privilégie le texte. Ce qui compte c'est que lareprésentation et la pièce jouée doit être fidèle au texte. C'est une équivalence symbolique entre le texte et la représentation. Cette équivalence est illusoire car il y a des éléments (éclairage, personnages...) dans la pièce jouée qui apportent des significations supplémentaires au texte. Elle dit que si on veut vraiment qu'il y ait une équivalence, il faudrait bloquer l'imagination du metteur en scène etdes comédiens. Or c'est impossible.

L'autre attitude est une attitude moderne qui refuse le texte. Dans ce cas, le théâtre se résume à une représentation en présence des spectateurs. C'est donc quelque chose de vivant. Le texte n'est qu'un prétexte à la représentation.

Représenter signifie « rendre à nouveau présent ce qui était déjà dans le texte ». Ce mot traduit plutôt l'attitudeclassique: on va reproduire le texte. Le mot « performance » traduirait l'autre attitude car elle se produit de manière instantanée.
On va rarement lire le théâtre pour le plaisir dans l'attitude moderne car avant on lisdait autant les pièces de théâtre que les autres genres littéraires.
Il y a des pièces qui n'étaient pas destinées à être jouées. La pièce d'Alfred de Musset a été un échec etdonc il a décidé de ne plus faire représenter ses pièces). Il va d'abord les faire publiées dans une revue: la revue des deux mondes. Ensuite il va les réunir dans un recueil de pièces qui s'appelle: Un spectacle dans un fauteuil. Fin 19ème/ début 20ème, Paul Claudel, va écrire des pièces qu'il n'a pas l'intention de faire représenter.

Au 19ème siècle, les pièces classiques sont des pièces envers, très poétiques et faciles à lire. Les pièces de Victor Hugo et d'Alfred de Musset relève de la poésie. Les pièces en langue parlée sont plus difficile à lire car elles mettent l'accent sur la gestuel, pas comme les pièces en vers. Dans le texte lui-même, il y a des éléments qui peuvent nous aider nous représenter la pièces: didascalies. La présences des didascalies varient selon lesépoques. Dans l'époque classique, l'auteur était l'acteur de ces propres pièces donc il n'avait pas besoin d'indications comme Molière. Dans la tragédie classique, il n'y a quasiment pas de didascalie car les indications doivent se trouver dans le discours des personnages.

[Feuille: Abbé d'Aubignac, la pratique du théâtre, livre I, chapitre VIII]

Il dit qu'il ne faut pas mettre de didascalies carelles sont une rupture du poème dramatique, de la prose. Il faut que l'on puisse tout trouver dans les discours des personnages. C'est l'attitude du 17ème siècle.
Au 18ème siècle, il va y avoir de plus en plus de didascalies dans les textes, car les dramaturges considèrent la pièce de théâtre comme une succession de tableaux: « esthétique du tableau ». Chaque scène doit constituer un tableau. Onmet l'accent sur la gestuelle et le visage des personnages. Diderot a écrit un texte sur ça: « Lettre sur les sourds et les muets ». Dans ce texte, il parle de la pantomime (discours muet). Pour Diderot une pièce de théâtre doit ressembler à une pantomime. Il faut que la gestuelle soit importante.
Au 20ème siècle dans des pièces de Beckett, dans Actes sans paroles, il n'y a pas de parole...