Théatre, le texte et la scène

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1043 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte de théâtre, est rédigé une première fois par l’auteur, il y donne le sens qu’il souhaite, sa propre interprétation. Il y transmet ses idées, un but précis, un sens précis, adapté aux pensées de l’époque. Le sens du texte de théâtre est interprété de plusieurs façons, en fonction de l’époque, du lecteur, et du metteur en scène.
Ce texte peut être qualifié d’incomplet, les textes defiction par exemple, se doivent de combler l’imagination du lecteur. Repris, lors des représentations le texte y refléter des aspects comiques, tragiques, pathétiques, qu’il n’a pas à l’origine. Le sens n’est pas réellement donné à l’origine, c’est au metteur en scène, à l’acteur d’interpréter à sa manière. Dom Juan, par Mesguich à été joué sur scène de façon comique, cette œuvre qui est à la basejugée comme une tragi comédie. Certains la qualifierai de tragédie si bien que d’autres la considère comme une comédie, le texte théâtral offre une large interprétation. Le texte de l’auteur ne pourra rester celui de l’auteur, repris par la suite, il sera modifier, revisité. Il sera revu par d’autres auteurs, transformé lors de mises en scène toutes aussi différentes les unes des autres. L’auteur créeson texte en prenant en compte la mise en scène, il y inscrit des didascalie ou non, y instaure des informations importantes ou pas.
Le texte de base servant à toutes représentations n’est pas seulement celui de l’auteur. A partir du moment où le texte est repris, joué par d’autres personnes, il ne peut demeurer le même, il se retrouve forcément en possession d’une autre personne, lui-même futurauteur de cette œuvre, de ce texte. Ce texte est fait de sorte qu’il puisse être joué n’importe où, par n’importe qui, il n’y a pas de réel travail de détermination. Le texte est aussi celui du metteur en scène mais également de l’acteur, c’est lui qui restera le véritable porteur des significations théâtrale c’est à lui d’interpréter le message à faire passer, c’est lui qui le transmet aupublic, qui le lui livre. Le texte théâtral reste un texte à trou, il est destiné à être joué sur scène par des comédiens et du coup ne garde pas sa valeur son sens d’origine. On retrouve dans certaines œuvres de très nombreuses didascalies, comme dans Hernani de Victor Hugo, elles sont très présentes, renseignent sur les lieux, les décors, les attitudes, les actions des personnages, le tout dans ledétail. Ici par exemple il est difficile pour les acteurs et pour le metteur en scène de s’éloigner lors des représentations, du texte de base de l’auteur. Sinon, en opposition, de nombreux textes tels que le Misanthrope ne possèdent pas de didascalies. Là il y à donc un large choix qui s’offre au metteur en scène lors des représentations. Il a la possibilité de le refaire, à sa façon selon son pointde vue.
Lors de la représentation, c’est du texte du metteur en scène que l’on parle, c’est lui qui le reprend, qui le revisite. Il fait part au public, aux spectateurs, de son imagination, de son propre point de vue sur l’œuvre, sur les personnages.
Ces textes, qualifiables d’intemporels, par leurs multitudes d’interprétations possibles au cours du temps, repris de maintes façons par lesmetteurs en scène, sont recrées et enrichis même parfois. En effet, comme le dit Anne Ubersfeld dans Le Texte et La Scène,
on ne trouve aucune information, dans La Misanthrope, que ce soit sur les personnages, sur
la façon dont ils arrivent « En courant, au pas ? Lequel va devant ? ». Il n’est rien dit non plus sur l’âge des personnages.

C’est donc au metteur an scène de monter tout cela,c’est a lui de donner des réponses. Il interprète l’œuvre, mais à sa façon, il à donc le choix du lieu, le choix de la disposition des personnages, il peut choisir leur costume, leurs occupations mais aussi leur disposition sur scène. Le metteur en scène aide le spectateur à voir certaines choses, à les rendre présentes, un peu plus d’actualité, ou au contraire pas du tout. Pour l’œuvre Dom Juan,...