Theatre de l'absurde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (615 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
* Skip to Navigation
* Skip to Content

DissertationsGratuites.fr - Dissertations, Mémoires, Exposés, Notes de Recherche et Commentaires Composés

Une base de données exclusive dedissertations gratuites pour les étudiants.

* Rechercher
* Parcourir
* Connexion
* Contribuer
* Aide
o Qui sommes-nous
o F.A.Q
o Contactez-nous
*Statistiques du Site
o Top Contributeurs
o Top Visiteurs
o Sujets Populaires
o Nouveaux Membres
o Derniers Documents
* Nous suivreRechercher
Le Théâtre De L'Absurde
Le Théâtre De L'Absurde
 Le théâtre de l'absurde

Le commencement « Le théâtre de l'absurde »

Au XXe siècle, le plus populaire parmi les mouvements d’avant-gardefut le théâtre de l’absurde. Héritiers spirituels de Jarry, des dadaïstes et des surréalistes, influencés par les théories existentialistes d’Albert Camus et de Jean-Paul Sartre, les dramaturges del’absurde voyaient, selon le mot d’Eugène Ionesco, « l’homme comme perdu dans le monde, toutes ses actions devenant insensées, absurdes, inutiles ». Rendu célèbre par Eugène Ionesco (la Cantatrice chauve,1951 ; Rhinocéros, 1959) et par Samuel Beckett (En attendant Godot, 1952), le théâtre de l’absurde tend à éliminer tout déterminisme logique, à nier le pouvoir de communication du langage pour lerestreindre à une fonction purement ludique, et à réduire les personnages à des archétypes, égarés dans un monde anonyme et incompréhensible.
Le théâtre de l’absurde connut son apogée dans les années1950, mais son influence devait se manifester jusque dans les années 1970. Les premières pièces de l’Américain Edward Albee furent considérées comme relevant de ce courant, en raison des élémentsapparemment illogiques ou irrationnels qui présidaient aux actes de ses personnages.
Harold Pinter peut également être rattaché à ce courant, à travers des pièces d’aspect sombre et hermétique, comme...
tracking img