Theatre de l'bsurde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1833 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet Bac : Le théâtre de l’absurde.
QUESTIONS :
Les trois extraits appartenant au théâtre moderne du XXème siècle font l’objet d’une rupture totale par rapport aux genres plus classiques. Ce théâtre appelé « théâtre de l’absurde » met en scène l’absurdité de l’Homme face au monde qui l’entoure et peut surprendre par plusieurs aspects. En effet, le spectateur n’est pas opposé à un théâtreconventionnel. Tout d’abord on observe une absence totale d’action et donc de rythme dans les textes de Tardieu et de Beckett contrairement au théâtre ordinaire qui lui établit une intrigue remplie de coups de théâtre, de quiproquos… Ionesco lui met en scène une délibération agitée cependant la situation demeure surprenante : la transformation des personnages en rhinocéros donne un aspectsurréaliste presque fantastique à la pièce. Bien au contraire, Oh les beaux jours et Finissez vos phrases sont dénués de situation fantaisiste, le spectateur est face à une simple conversation de rue. De plus, on assiste également à une modification en tout genre du personnage. Dans le texte de Tardieu, les personnages n’ont pas d’identité, ils ne possèdent pas de nom mais de simples initiales (Madame A etMonsieur B). Ils n’ont également pas le statut de héros : dans Oh les beaux jours, on est face à deux clochards, le rang social est donc totalement inversé par rapport aux tragédies dans lesquelles les personnages sont au plus haut de l’échelle sociale. Dans Rhinocéros, Bérenger est un homme parmi d’autres. Les personnages sont donc banals, sans grande personnalité. Chez Beckett, Willie et Winnieressemblent à deux clowns de« cirque » (cftexte annexe) et relèvent plutôt du comique de par leurs gestes et des nombreux éléments visuels (nombreuses didascalies) se rapportant au mime. On ne remarque aucune analyse psychologique et aucune profondeur dans les dialogues: les phrases sont inachevées chez Tardieu et remettent ainsi en question le langage comme l’indique le titre de la pièce. ChezBeckett, les phrases sont banales mais n’ont pas vraiment de cohérence. Le langage est aussi relayé par des bruits comme les onomatopées (« Oh », Finissez vos phrases) et le barrissement dans Rhinocéros. Il devient ainsi difficile pour le spectateur de s’attacher à ces personnages. Ce genre de théâtre nous montre ainsi un refus du réalisme de par son action, sa situation, ses personnages réduits aurang de pantins et son langage. L’absurde semble représenté dans la mise en scène et non démontré, l’accent sur les gestes et les intonations proche du mime se révèlent alors des éléments essentiels à la compréhension du message.
COMMENTAIRE :
Au XXème siècle, le théâtre se lance dans un tout nouveau genre appelé théâtre de l’absurde. Il se démarque par son antiréalisme et par sa grandeliberté, l’auteur peut en effet utiliser son imaginaire sans se limiter et revendique le rejet des conventions classiques du théâtre comme la règle des trois unités. Samuel Beckett, grand auteur irlandais, fait partie de ce mouvement dramatique à part entière et, tout comme Brecht, il ne cherche pas à donner l'illusion de la vraie vie mais de réveiller le spectateur et le faire agir. Il crée en en1961 la pièce Happy Days traduite en français par Oh les beaux dans laquelle il partage ses interrogation sur la question essentielle de la condition humaine. Pour cela, il met en scène deux personnages sombrant dans une profonde folie et surtout dans un état d’enfermement psychologique. Winnie, la femme est à moitié enterrée au milieu d'une « étendue d'herbe brûlée s'enflant au centre en petitmamelon ». Son mari, Willie, est muet. La scène n’est donc constituée que d'un monologue de Winnie dans lequel l’auteur traite habilement du dépérissement de l’être humain.
De quelle manière Beckett se sert-il de ce monologue pour suggérer la dégradation de l’être en marche vers le néant ?
On étudiera d’abord l’originalité de ce monologue, puis l’on montrera la misère dégradante et la solitude...
tracking img