Theatre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2272 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Honoré Daumier (1808-1879), La Parade1, Musée du Louvre.

La représentation théâtrale : les recettes d'une illusion

Donner corps aux fantômes
Le théâtre est la mise en scène d'une fiction : comment donner à voir ce qui n'est pas ? Comment donner corps à des fantômes puisqu'il faut bien appeler ainsi les personnages imaginaires profilés par le génie littéraire ? Ces personnages n'existentpas ( ou n'existent plus dans le cas des drames historiques) ; le corps du comédien est le véhicule de leur représentation. : " Représenter c'est rendre présent par une présence " Henri Gouhier, Le théâtre et l'existence, p 121 ; J. Vrin,1991.

Dans l'Antiquité grecque, les comédiens revêtaient des masques qui identifiaient traditionnellement les personnages tragiques et comiques. Le masque,tel un instrument de musique, transformait la voix de l'acteur en même temps qu'il l'amplifiait. Des prothèses permettaient d'agrandir la corpulence physique des comédiens à la mesure des héros représentés ( rembourrage d'épaules, échasses ou cothurnes, manchon de bois pour articuler de fausses mains) le masque pouvait être posé sur le sommet de la tête du comédien ce qui augmentait encore lastature de l'ensemble. Représenter un personnage pour un acteur c'était au sens propre " l'animer " , lui prêter, l'espace de la représentation, son élan vital. Dario Fo Dramaturge italien dans le Gai savoir de l'acteur (1987) témoigne de mises en scène similaires à l'Odin theatret et souligne l'agilité de ces acteurs-athlètes qui dansent sur échasses et insufflent à ces grands mannequins des mouvementssi naturels.

Complice d'une illusion
Chaque soir, avec ou sans masque, le corps du comédien est le support d'une illusion, celle de la représentation. Nous allons au théâtre pour vivre par procuration une histoire fausse comme si elle était vraie. Nous allons au théâtre pour être complice d'une illusion dont personne n'est la dupe mais qui nécessite pour se réaliser ce que nous nommeronsfaute de mieux " la magie " du jeu des acteurs.
Dans Clefs pour l'imaginaire ou l'autre scène, Octave Mannoni, , analyse la structure du " je sais bien… mais quand même " :
Je sais bien qu'il ne se passe rien de vrai au théâtre et que l'acteur qu'on assassine sur scène se relèvera après la tombée du rideau… mais quand même j'aime l'anecdote qui raconte la naïveté d'un campagnard qui, assistant pourla première fois à une représentation de Jules César se lève et s'écrie juste avant la scène du meurtre : " Attention, César ils sont armés ! "

Cette histoire est invraisemblable et pourtant nous avons envie qu'elle soit vraie, c'est ce désir qui intéresse le psychanalyste : tout ce passe comme si, pour jouir pleinement du plaisir de la représentation nous devions y convier avec nous un doublede nous-même qui prendrait pour argent comptant et " croirait pour de vrai " à la fiction représentée.

L'acteur doit incarner son personnage " avec vérité " car c'est seulement par la chaleur de son jeu qu'il nous persuade de prendre pour vrai ce qui ne l'est pas.

Sans vérité de jeu la salle " décroche " : toussotements, bruits de papier de bonbons, grincements de fauteuil ( jadis duparquet)… Certains témoins privilégiés de l'univers théâtral vont jusqu'à penser qu'on a recouvert de velours les fauteuils et moquetté les théâtres pour épargner aux acteurs ces védicts cuisants de leur médiocrité… Quoi de plus absurde en effet que d'assister deux heures durant à la succession d'intrigues compliquées auxquelles on ne croirait pas !
Le public va au théâtre pour le plaisir d'êtresciemment et volontairement trompé. Mais pour que le spectateur se prenne au jeu il faut que le comédien ait du talent . Le comédien doit donc savoir jouer opportunément de toutes les cordes de sa sensibilité pour animer la nôtre. C'est comme une fièvre qui prend tout l'espace de la représentation. Et l'histoire du théâtre regorge de figures d'acteurs capables de passer en un instant du rire à...
tracking img