Theories economiques comparees

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 53 (13026 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
THEORIES ECONOMIQUES COMPAREES

La pensée économique est ancienne et très diversifiée, de nombreux auteurs et courants de pensée coexistent. Il n'y a pas une seule pensée économique. Cela renvoie à de grandes oppositions de « visions du monde », de méthodes, de raisonnement... La question centrale est de savoir comment on produit des énoncés « scientifiques » et par quelles méthodes on parvientà la « vérité ».

INTRODUCTION : Les oppositions de méthode en économie

Préliminaire : la « science » repose souvent sur des « préconceptions », des « visions du monde », des philosophies qui n'ont rien de scientifique. De plus, quand on ne connaît pas quelque chose on ramène souvent l'inconnu au connu, c'est la base du raisonnement « analogique » qui est fondamental pour les sciences (ex :le modèle planétaire des atomes de Bohr). Par exemple, pour Platon et Aristote, le cercle et la sphère étaient des figures de la perfection. Le monde céleste devait donc être organisé sur la base de cette perfection. Leur conception cosmologique et astronomique a donc postulé que les trajectoires des planètes devaient être circulaires, c'est le fondement de l'astronomie ptolémaïque. Aujourd'huivous savez que c'est faux, que les trajectoires sont elliptiques et que la terre tourne autour du soleil et non l'inverse. Pourtant, pendant des siècles sur la base de cette « croyance » des navigateurs ont pu se diriger, on a pu prédire les éclipses, élaborer des calendriers... donc c'était « vrai » et cela marchait...

I - Mécanisme et Organicisme

=> Les Origines du Mécanisme : il remonteà la pensée grecque et en particulier à Aristote. Sa reformulation « moderne » est due à Isaac Newton et à René Descartes. Cette conception mécaniste suppose que la nature, les êtres vivants... sont comparables à des machines. Descartes parlera ainsi « d'animaux machines ».
Le mécanisme repose sur un certain nombre de principes ou de propositions :
l'atomisme et l'homogénéité : lesconstituants ultimes de l'économie sont les individus, qui sont des atomes et se comportent tous de la même manière (ex : ils cherchent tous à maximiser leur profit à leur façon).
le tout est égal à la somme des parties : une société est la somme des agents qui constituent cette société.
le causalisme et le légalisme : tout phénomène à une cause qui lui est antécédent. Ces causes et cescomportements obéissent à des lois relativement peu nombreuses.
La tendance de tout mouvement est l'équilibre
La pensée mécaniste (et les analogies mécaniques) vont avoir une influence profonde sur toutes les sciences. Dans une large mesure faire de la science reviendra à construire un modèle mécanique de la réalité étudiée. L'économie « politique », lorsqu'elle va devenir une « science économique »va aussi imiter la mécanique. Jevons est considéré comme l'un des précurseurs de l'économie mécanique, à l'instar de Fischer et sa représentation mécanique de l'économie.
La pensée mécaniste connaît cependant des limites : elle appréhende difficilement l'évolution, la croissance, le changement, l'interdépendance... ce qui appelle d'autres analogies en particulier la pensée organiciste.

=>l'Organicisme : son origine remonte également à la pensée grecque et plus particulièrement à Platon. Platon compare ainsi la « cité » à un organisme vivant. Par l'organicisme, on introduit de nouvelles notions qui seront étendues du monde organique au monde social :
organe / organisation (agencement des différentes parties)
fonction (tâches remplies par chaque organes)
circulation(ex : circulation monétaire)
évolution (théorie biologique de l'évolution de Darwin)
Les fondements de l'organicisme : la pensée organiciste a été ensuite largement développée au XIXème siècle : par exemple pour le philosophe H. Spencer : la société, comme l'organisme, vit en se divisant et en intégrant ses parties ainsi différenciées. Ce qui revient à dire que le principe de la division du...
tracking img