Therie de ricardo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 80 (19980 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Section II: Le matérialisme de David Ricardo à Piero Sraffa.



--------------------------------------------------------------------------------

-I- Ricardo

- I- Biographie, écriture et oeuvre

2- - LA DYNAMIQUE GRANDIOSE.

- 3- LA THÉORIE DE LA VALEUR.

- 4- LE COMMERCE EXTÉRIEUR.

- 5- IMPÔT ET EMPRUNT.

- 6 - LA MONNAIE.

- 7 - LA PRISE EN COMPTE DU SOCIAL.

-8 - RICARDO et les autres ( Smith, Say, Malthus).



II: Piero Sraffa.

1- Généralités

2- La construction de l'étalon,

3- L'équivalence entre étalonnage et relation salaire- profit











--------------------------------------------------------------------------------

- I- Biographie, écriture et oeuvre

1. Brefs repères biographiquesDavid Ricardo est né en 1772 à Londres, dans une famille de financiers sépharades. Il est le troisième d'une famille de 17 enfants. Éduqué principalement par des précepteurs, il apprend le métier d' agent de change à la Bourse de Londres où son père le fait entrer dès quatorze ans. Son mariage avec une quaker, en 1793, l'oblige à rompre avec sa famille et la religion juive. Sa réussitefinancière tient alors à ses relations et à un grand talent. Découvrant l'économie en 1799, après lecture des travaux d'Adam Smith, il se met à polémiquer sur les problèmes économiques du moment et décide de se retirer partiellement des activités financières. Cette semi- retraite est assise sur une bonne fortune et une solide réputation politique .

Sa fortune vient de son travail et de son sens desaffaires. Intuitif quant aux retournements de tendance, il gagne gros en pariant sur la victoire de Waterloo. Il se retire des affaires pour gérer, en bon père de famille, une fortune bien répartie en propriétés foncières, et placements financiers, anglais et français. Sa réputation politique nait de ses articles (dès 1799 dans le Morning Chronicle) et de ses pamphlets. Elle se traduit par son entréeau Parlement en 1819. Il y manifeste un esprit critique et soutient les réformateurs radicaux dans leur volonté de mieux exprimer les problèmes populaires.

Ayant largement étendu ses propriétés foncières, il publie les Principes en 1817, puis effectue un Grand Tour d' Europe en 1822. Il meurt en 1823.

2. L'écriture

L'écriture de Ricardo est typique d'un travail à deux niveaux. Les"discours" , réponses relatives aux problèmes de son temps et au delà les "Principes", universels. Les " discours", alimentés par les lectures et les discussions, se traduisent par des lettres, des pamphlets, des interventions politiques. Ces discours "clôts" par les problèmes de leur temps, donnent lieu à des Principes de nature "scientifique", que Ricardo posera au delà du contexte de son époque.L'universalité du Principe des profits devient manifeste dans le Chapitre VI sur les profits:

"En tous temps et en tous lieux, les profits dépendent de la quantité de travail requise pour produire les biens salaires sur la terre qui ne produit pas de rente"

2.1. La période des "papiers" et pamphlets

Après la "révélation" scientifique de 1799 , Ricardo parfait ses connaissances enéconomie politique. Deux auteurs jouent un rôle déterminant: Jean Baptiste Say, dont le "Traité d'économie politique" est publié en 1803 et Thomas Robert Malthus, auteur de l'"Essai sur le Principe de Population" en 1798, et dont deux pamphlets en 1815 à propos de la controverse sur les importations de blé stimuleront la plume de Ricardo.

En février 1814, Ricardo a déjà produit plusieurs "papiers sur les profits du capital" dont il a discuté avec Malthus , Trower et Mill, notamment par correspondance; ainsi selon Sraffa la lettre de Ricardo à Trower du 8 Mars 1814, développe déjà "complètement" la théorie des profits .

Les pamphlets de Ricardo sont suscités par les problèmes politiques du moment:

- les effets de la suspension du système de l'étalon -or (1797- 1809) sont à...
tracking img