Tic et culture: cas des banques tunisiennes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5713 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TIC ET CULTURE :

Cas des entreprises tunisiennes du secteur bancaire

TIC et CULTURE
Cas des entreprises tunisiennes du secteur bancaire
Amel MALLEK TARIFA
Chokri FIDHA

De nos jours, l’introduction des TIC pour le management de l’information dans les entreprises est devenue nécessaire, surtout pour celles qui veulent disposer d’un potentiel concurrentiel, si ce n’est d’un réelavantage concurrentiel, « elles sont le moteur de l’entreprise de demain » (Balantzian, 2002).

Plus précisément, « quel que soit le domaine d'activité de l'entreprise, celle-ci voit désormais son développement lié chaque jour encore plus largement à la qualité de l'information qui circule en son sein. Pour être performante dans un contexte instable et difficile, l'entreprise doit pouvoir faire lesbons choix au bon moment. Par ailleurs, celle-ci est amenée à fournir aux collaborateurs concernés, l'information nécessaire just-in-time (juste à temps) après que cette dernière ait été traitée puis validée. » (Molinaro, 2004)
Et ce, sachant que les TIC contribuent à augmenter le stock d’informations dont l’entreprise peut disposer, tout en lui permettant de les traiter et de les utiliser avecplus d’efficacité.
«…elles développent une accessibilité aux informations que l’entreprise pouvait difficilement atteindre auparavant ou, plus simplement, elles peuvent améliorer l’accès à certaines informations. » (AMABILE et GADILLE, 2003)
Pourtant, malgré cet intérêt indéniable, et de l’information, et des TIC, pour les entreprises oeuvrant dans le contexte actuel, force est de constater quenombre d’entre elles acceptent difficilement d’investir dans les TIC, alors que d’autres, tout en étant contraintes de les introduire, ne les utilisent pas de manière efficace.
Les raisons avancées pour expliquer cette situation sont le plus souvent relatives au personnel peu impliqué et souvent mal formé à l’utilisation des TIC.
« Un certain nombre de collaborateurs pourront être amenés à rejeterles TIC dans la mesure où ils craignent  une perte de savoir-être (Qu'est-ce qu'on attend de moi ?), une perte de savoir conceptuel (A quoi ça va nous mener ?) et une perte de savoir-faire (Comment ça marche ?). » (Molinaro, 2004)
Or, la décision d’introduction et d’appropriation des TIC ne constitue pas une solution technique " miracle ", mais un véritable choix stratégique basé sur l’étude desbesoins réels de l’entreprise, et leur confrontation aux potentialités offertes par les TIC ; sachant que la réussite de cette stratégie est subordonnée, dans certains cas, à la réalisation de changements aussi bien organisationnels que culturels.
En effet, selon JAEGER A. M. (1987) la culture d’entreprise joue un rôle fondamental dans la définition et l’exécution de la stratégie d’entreprise. Ence sens, seule une culture en phase avec la stratégie adoptée peut garantir des résultats significatifs :
« La stratégie est une démarche logique visant à faire évoluer l’entreprise dans une direction donnée. Les principes et les actions définies en fonction de la stratégie retenue peuvent concorder ou être en opposition avec la culture d’entreprise. En cas d’incompatibilité, la mise en œuvre etla réussite de la stratégie est gravement compromise. » (KOTTER et HESKETT, 1993)
Nous pouvons, alors, considérer que la stratégie d’introduction et d’appropriation des TIC ne peut réussir sans l’existence d’une culture appropriée ou, en d’autres termes, que cette stratégie ne serait pas couronnée de succès, si la culture de l’entreprise ne lui est pas favorable.
Cette constatation forme lepoint de départ de ce travail de recherche dont l’objectif est d’arriver à caractériser la culture d’entreprise la plus adaptée au développement des TIC.
Plus précisément, nous voulons apporter des réponses à la question suivante:
Quelle est la culture la plus favorable à l’introduction et à l’appropriation des TIC dans les organisations ?
Pour ce faire, une revue de la littérature permettra...
tracking img