Tirrade de monsieur de pourceaugnac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1127 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le théâtre est un art d’expression littéraire ancien. Bien qu’il soit écrit, le théâtre est avant tout un spectacle vivant, destiné à être vu.
Cet œuvre de Molière Monsieur de Pourceaugnac, est une pièce saluant la farce, c’est une comédie ballet écrit en parallèle avec Lully. Molière est un dramaturge célèbre du XVII ème siècle, auteur de nombreuses comédies telles que Le Malade Imaginaire,L’Avare ou Le bourgeois Gentilhomme une autre comédie ballet. Cet extrait est tiré de la scène VIII, il s’agit de la tirade du premier médecin. Dans cette scène, le complice du couple Julie et Eraste se fait passer pour un médecin qui diagnostique à Monsieur de Pourceaugnac une maladie imaginaire.
Ainsi, qu’Est-ce que cette tirade exprime à travers la farce ?
Dans un premier temps nous verronsque cette tirade ridiculise les médecins de façon explicite, puis qu’elle ridiculise notamment les patients mais de manière plus implicite.

Cette tirade est la réplique du Premier Médecin, celui-ci utilise un vocabulaire exagérément médical pour décrire une maladie qui n’existe pas, et convaincre Monsieur de Pourceaugnac qu’il en est atteint. Cela est paradoxal puisque ses premières phrasessont : « on ne puisse guérir une maladie qu’on ne la connaisse pas parfaitement et qu’on ne puisse parfaitement connaitre sans en bien établir l’idée particulière, et la véritable espèce par ses signes diagnostiques et prognostiques […]. » le médecin est un imposteur, cela est donc comique. Il utilise le vocabulaire commun médical n’importe comment et tout le long de la tirade, il exagèrenotamment le mot « maladie » qu’il répète neuf fois. On relève également dans cette tirade les termes médicaux suivants : « guérir », « diagnostique », « prognostiques », « thérapeutique », « remèdes », « curation d’icelle », « malade », « affecté », « hypocondriaque » ( cité en tout trois fois), « bas-ventre », « rate », « pathognomonique », « physionomie », « hypocondres », « apoplexie », « pléthore »,« cacochymie », « phlébotomisé », « saignées », « céphalique », « cholagogues », « mélano gogues ». Tous ces termes sont utilisés à la suite les uns des autres de manière à créer une gradation. Il utilise également le latin : « ignoti nulla est curatio morbi », ceci est une nouvelle fois une manière de ridiculiser les médecins, Molière dans cette tirade parodie leur profession ainsi que levocabulaire barbare qui va avec. Mais le vocabulaire qui rend la scène comique n’est pas le seul instrument du rire ici, les conseils du Premier médecin le sont aussi très largement.
Pour soigner son patient imaginaire, le Premier médecin recommande différents « remèdes ». Ces remèdes s’inspire des conseils habituels des médecins de l’époque, comme les « saignées » par exemple. Il les recommandes« plantureuses » ce qui signifie abondant. Le premier médecin l’a conseil tout d’abord à la tête : « céphalique », « veine du front ». L’ouverture doit selon lui être « large ». Ceci rend cette réplique comique, car les conseils sont dangereux mais bel et bien utilisé dans la réalité de l’époque. Les conseils se suivent par la recommandation d’un « bain d’eau pure » avec un « petit lait clair ». Ceciest sensé selon le Premier médecin, le purifier, alors que l’eau ne fera en réalité que nettoyer la plaie et non la désinfecter. Enfin, le Premier médecin, recommande du divertissement : « chants et instruments de musique » ainsi que des « danseurs, afin que leurs mouvements, disposition et agilité puissent exciter et réveiller la paresse de ses esprits engourdis ». Ce dernier conseil est desplus ridicule, puisque selon le faux médecin, la seule vision des mouvements venant des danseurs, pourraient sauver Monsieur de Pourceaugnac, d’une maladie qu’il n’a pas. Ainsi par un vocabulaire riche en médecine utilisé dans tous les sens et par des conseils dangereux, inutiles mais qui s’inspire des conseils habituels de certains vrai médecins; Molière a su d’une façon très explicite,...
tracking img