Titre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2556 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Wikipédia atteint un million d'articles en français !
Rejoignez le projet !
Humanisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Philosophie |
[Dérouler] BranchesEsthétique
Épistémologie
Éthique
Logique
Métaphysique
Philosophie politique[Dérouler] HistoireHistoire
Antique
Médiévale
Renaissance
Moderne
Siècle des LumièresContemporaine[Dérouler] CourantsAthéisme
Empirisme
Hédonisme
Idéalisme
Matérialisme
Rationalisme
Réalisme
Toutes les écoles...[Dérouler] RégionsAfricaine
Américaine
Arabo-islamique
Chinoise
Indienne
Japonaise
Juive
Occidentale
Vietnamienne[Dérouler] PhilosophesConsidérés majeurs
Femmes philosophes
Par école
Par nationalité
Par année de naissance
Présocratiques
Scolastiques
Sceptiques antiquesMédiévaux |
Portail de la philosophie   Cette boîte : voir • disc. • mod. |
 Cet article concerne le courant de pensée général. Pour le mouvement philosophique de la période de la Renaissance européenne, voir Humanisme de la Renaissance. Pour les autres significations, voir Humanisme (homonymie).
L’humanisme est un courant culturel européen qui s'est développé à la Renaissance. Renouant avecla civilisation gréco-latine, les intellectuels de l'époque manifestent un vif appétit de savoir (philologie notamment). Considérant que l’Homme est en possession de capacités intellectuelles potentiellement illimitées, ils considèrent la quête du savoir et la maîtrise des diverses disciplines comme nécessaires au bon usage de ces facultés. Ils prônent la vulgarisation de tous les savoirs, mêmereligieux : la parole divine doit être accessible à toute personne, quelles que soient ses origines ou sa langue (traduction de la Bible en langue vernaculaire par Érasme en 1516).
Ainsi, cet humanisme vise à diffuser plus clairement le patrimoine culturel, y compris le message religieux. Cependant l’individu, correctement instruit, reste libre et pleinement responsable de ses actes dans lacroyance de son choix. Les notions de liberté (ce que l'on appelle le « libre arbitre »), de tolérance, d’indépendance, d’ouverture et de curiosité sont de ce fait indissociables de la théorie humaniste classique.
Par extension, on désigne par « humanisme » toute pensée qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l'être humain. Une vaste catégorie dephilosophies portant sur l'éthique affirme la dignité et la valeur de tous les individus, fondée sur la capacité de déterminer le bien et le mal par le recours à des qualités humaines universelles, en particulier la rationalité[1],[2]. L'humanisme implique un engagement à la recherche de la vérité et de la moralité par l'intermédiaire des moyens humains, en particulier les sciences, en solidarité avecl'humanité. En mettant l'accent sur la capacité d'auto-détermination, l'humanisme rejette la validité des justifications transcendantes, comme une dépendance à l'égard de la croyance sans raison, du surnaturel, ou de textes présentés comme d'origine divine. Les humanistes supportent une morale universelle fondée sur la communauté de la condition humaine[3]. L'humanisme est intégré comme composantedans une variété de systèmes philosophiques plus spécifiques et dans plusieurs écoles de pensée religieuse.
Sommaire[masquer] * 1 L'humanisme et la philosophie * 2 Les racines de l'humanisme moderne * 3 Critique de l'humanisme * 3.1 Liste d'humanistes par époque * 4 Voir aussi * 4.1 Bibliographie * 4.2 Articles connexes * 4.3 Liens externes * 5 Notes etréférences |
L'humanisme et la philosophie [modifier]
Dans l'acception actuelle, l'humanisme s'inspire de cette définition philosophique. On parle, par exemple, de l'humanisme « militant » de Voltaire, ou de Paul Henri Dietrich, baron d'Holbach.
Depuis Montaigne, l'humanisme, ainsi conçu, a été un des éléments les plus constants de la pensée française.
* L'humanisme pratique ou moral...
tracking img