Tlmdm

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1374 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pascal Quignard naît en 1948 à Verneuil-sur-Havre en Normandie, troisième d’une famille de quatre enfants. Deux ans plus tard, ses parents, professeurs de lettres classiques, emménagent au Havre. Pascal Quignard commence ses études secondaires. En 1959 la famille s’installe en région parisienne. Son enfance est placée sous le signe de deux faits marquants : les crises de mutisme qui le frappent àdeux reprises, à deux ans et à seize ans ; et la conscience de la catastrophe que furent la Seconde Guerre mondiale et les camps, conscience étroitement liée à sa vie au Havre, ville martyre, et à la fréquentation d’un oncle détenu en camp de concentration et rescapé.

Alors qu’il poursuit des études de philosophie à l’université de Nanterre, les événements de Mai 1968 le détournent de sonprojet de thèse. L’envoi aux éditions Gallimard d’une étude sur la poésie de Maurice Scève et sa rencontre avec l’écrivain Louis-René des Forêts vont lui permettre de commencer une carrière de lecteur puis d’éditeur chez Gallimard : il devient lecteur dès 1969, entre au comité de lecture en 1976, puis au comité directeur en 1989 et devient secrétaire général des éditions Gallimard en 1990.

Lamusique occupe une place centrale dans la vie de Pascal Quignard : il s’agit d’un héritage familial dans la mesure où la branche paternelle de sa famille est formée par une lignée de musiciens, organistes depuis des générations. Pascal Quignard a appris le piano et l’orgue, puis le violon, l’alto et le violoncelle. Il fait donc partie de ces rares écrivains capables d’écrire sur la musique à partird’une pratique très poussée de cet art. En 1988, il est conseiller au Centre de Musique Baroque. Il devient en 1991 président du Concert des Nations dirigé par Jordi Savall et fonde, un an plus tard, le Festival international d’opéra et de théâtre baroques du palais de Versailles.

Ces activités de lecteur et d’éditeur ainsi que cette pratique de la musique nourrissent intimement son travaild’écrivain. Commencée au cours des années 1970, son œuvre se déploie largement jusqu’à aujourd’hui pour former un ensemble foisonnant et hybride, à la recherche d’une position singulière à la fois dans le champ littéraire et dans le jeu des genres. Commencée par des essais (L’Être du balbutiement -1969, La Parole de la Délie - 1974, son œuvre s’ouvre au roman (Carus - 1979, Les Tablettes de bui d’AproneniaAvitia - 1984, Tous les matins du monde 1991) avant de refuser toute assignation générique. La plupart de ses textes entremêlent récits et réflexions en une série de fragments (Petits traités - 1990, Le Sexe et l’effroi - 1994, Vie secrète - 1998, la série intitulée Dernier royaume : Les Ombres errantes - 2002, Sur le Jadis - 2002, Abîmes - 2002, Tondo - 2002, Les Paradisiaques - 2005,Sordidissimes - 2005). En 1994, il démissionne de toutes ses fonctions professionnelles et se consacre totalement à la littérature. Il a publié plus de 45 livres.

Les adaptations de Tous les matins du monde, de L’Occupation américaine par Alain Corneau, ainsi que de Villa Amalia par Benoît Jacquot ont permis que ses textes soient mieux connus du grand public. Plusieurs prix littéraires ont rappelél’importance de son œuvre, notamment le Prix des critiques (pour Carus en 1980), le Grand Prix du roman de l’Académie française en 2000 (pour Terrasse à Rome)et le Goncourt en 2002 (pour Les Ombres errantes).

Passionné de musique, au point que sa vie demeure partagée entre la musique et le cinéma, Alain Corneau a longtemps caressé le désir de réaliser un film sur cet art. À ses débuts, son œuvre estfortement marquée par le cinéma américain et par un goût pour les films noirs. Il débute par le genre policier avec Police Python 357 (1976) et Série noire (1979). Très vite, pourtant, il s’essaie à des genres variés et se révèle dans des adaptations d’œuvres romanesques : il réalise tour à tour l’épopée Fort Saganne (1984) à partir du roman de Louis Gardel et le récit intimiste Nocturne...
tracking img