Tocqueville 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 41 (10044 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Guerre d’Espagne
La guerre d'Espagne (également souvent désignée sous le nom de guerre civile espagnole ou moins fréquemment de révolution espagnole[5]), est un conflit qui opposa, en Espagne, le camp des « nationalistes » à celui des « républicains » réunissant, parfois avec de vives tensions, communistes, socialistes, républicains et anarchistes. Elle se déroula de juillet 1936 à avril 1939et s'acheva par la défaite des républicains et l'établissement de la dictature de Francisco Franco, qui conserva le pouvoir absolu jusqu'à sa mort en 1975.

Cette guerre fut la conséquence, sur le long terme, des malaises sociaux, économiques, culturels et politiques qui accablaient l'Espagne depuis plusieurs générations. Après la proclamation de la IIe République en 1931, l'exacerbationcroissante des tensions entre Espagnols culmina avec l'insurrection durement réprimée des Asturies (1934) et la résurgence de troubles civils et de violences réciproques au printemps 1936, après la victoire électorale du Frente Popular. Préparé de longue date, le soulèvement militaire et civil du camp franquiste éclata le 18 juillet 1936, mais sa mise en échec partielle contraignit les deux camps à selivrer une guerre totale imprévue, longue et meurtrière.

Le conflit prit aussi la forme, dans certains territoires sous contrôle républicain, d'une révolution sociale qui aboutit à la collectivisation des terres et des usines, et expérimenta différentes sortes d'organisation de type socialiste (soutenues notamment par des anarchistes de la CNT[6]).

Sommaire [afficher]
1 Belligérantsintérieurs
2 Événements militaires et politiques
2.1 Contexte politique
2.1.1 Les débuts de la République (1931-1933)
2.1.2 Le bienio negro (les « deux années noires », 1934 et 1935)
2.1.3 Les élections et les débuts du Front populaire (février-juillet 1936)
2.2 Le complot militaire
2.2.1 L'épilogue annoncé, les préparatifs d'un putsch
2.3 Le coup d'État raté et l'enlisement
2.4 Larévolution
2.5 L'état de l'armée à la veille des combats
2.6 Le rapport de forces
2.7 Les opérations
2.8 Violences et exécutions
2.8.1 En zone nationaliste
2.8.2 En zone républicaine
3 L'attitude des pays étrangers et les interventions
3.1 La non-intervention de la France et du Royaume-Uni
3.2 La participation italienne
3.3 La participation allemande
3.4 Les autres aides auxnationalistes
3.5 La participation de l'Union soviétique
3.6 Les Brigades internationales
3.7 Les autres aides aux républicains
4 Bilan de la guerre civile
4.1 Victimes
4.2 Réfugiés et exilés
5 Chronologie
5.1 1936
5.2 1937
5.3 1938
5.4 1939
6 Citations
7 Notes et références
8 Bibliographie
8.1 Répertoire bibliographique
8.2 Témoignages et sources
8.3 Étudesgénérales
8.4 Études sur des aspects particuliers
8.5 Œuvres écrites de fiction
8.6 Œuvres de fiction cinématographiques
8.7 Documentaires
9 Chansons
10 Photographies
11 Œuvres d'art
12 Voir aussi
13 Liens externes


Belligérants intérieurs
Le camp "nationaliste" se fédéra par l'union des conservateurs, des monarchistes et des phalanges nationalistes de José Antonio Primo de Rivera,plus proche du fascisme. Ces sensibilités politiques divisées aux élections du 16 février 1936 se rejoignirent pour s'opposer au Front Populaire (Frente Popular). Ils se dénommaient eux-mêmes nacionales (« nationaux »), tandis que leurs opposants les appelaient fascistas (fascistes) ou facciosos (« factieux ») ; quand le général Franco prit leur tête, on se mit à les désigner également sous lenom de « franquistes ».

Le camp républicain se composait quant à lui de différentes forces unies contre le front nationaliste. De nombreux militants, issus de tendances diverses (républicains laïcs et plutôt socialement conservateurs, anarchistes, communistes, socialistes, etc.), surnommés rojos (les « rouges ») par leurs ennemis, s'engagèrent aux côtés des forces armées loyales envers la...
tracking img