Totalitarismes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1807 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Europe des années 30 : un continent déstabilisé

Dans les années 30, les démocraties européennes sont déstabilisées par la crise économique, venue des États-Unis, et qui fragilise des espaces en reconstruction.

De même fin de la guerre apparaît pour beaucoup comme inachevée. Celle que l’on nommait la « der des der » attise déjà de nouvelles rancœurs.

Les affrontements politiques seradicalisent et les gouvernements paraissent impuissants face à de nouveaux périls : la montée des extrêmes, fascismes et communismes.
Sur le terreau de la crise, des groupuscules s’affrontent pour prendre le pouvoir avec plus ou moins de réussite selon les pays.
Quelles sont les menaces qui se développent dans les années 30 et qui obèrent (ruiner) les espoirs de paix ?

La France face à lacrise va connaître des menaces liées aux ligues d’extrême droite, mais résiste avec la formation d’un gouvernement modéré de coalition entre les partis de gauche et du centre : le front populaire. Ailleurs en Europe, des gouvernement autoritaires de type inédit : les totalitarismes arrivent au pouvoir : en Italie avec le fascisme , en Allemagne avec le nazisme et en URSS avec le Stalinisme. Ilsexercent une emprise complète sur la société et développent des désirs expansionnistes ! L’avenir s’assombrit !

I) La France : une démocratie libérale

a) La France en difficultés

1) La crise économique…

La France encore largement rurale s’enfonce moins rapidement dans la dépression, la crise de 29 n’atteint la France qu’en 1931.

Mais dès 1931, tous les secteurs éco sonttouchés : baisse des prix, faillite ’entreprises, chômage ( 500000 chômeurs et 1935 et plus de 860000 en 1936) et chute de la consommation…

Des marches de la faim se multiplient et apparition des soupes populaire… Tout le pays es touché (agriculteurs, classes moyennes).

Face à la crise , la IIIème république propose des mesures inadaptées :
- conserve un « franc » fort alors quenombreux pays opèrent une dévaluation de leur monnaie  ;
- met en place une politique déflationniste (maintenir la monnaie en baissant les prix, les revenus et les dépenses de l’Etat : -10% pour le revenu des fonctionnaires ) qui s’oppose à une politique de relance : tenter de relancer la consommation grace à l’intervention massive de l’État (aide aux chômeurs, grands travaux…)

Alorsque la reprise touche certains pays en 1935 (Allemagne, Italie…), la France ne connaît aucune amélioration.

2) Devient politique

La crise est accrue par l’instabilité parlementaire : 7 gouvernements se succèdent entre 1932 et 1934 et sont incapables de faire face à la dépression
les critiques se font du parti communiste qui critique un régime bourgeois aux ligues d’extrême droiteconservatrices

L’affaire Stavisky(escroc lié aux radicaux) : scandale politico financier de trop entraîne l’appel des ligues à une manifestation antiparlementaire : le 06 février 1934 : ce jour : affrontement ligueurs/police : 15 morts et 1500 blessés. Le président du Conseil Daladier démissionne sous la pression de la rue

b) Les réformes du Front populaire

1) Naissance d’unecoalition

La crainte le 06 février 1934, d’une prise du pouvoir fasciste par les ligues pousse les militants à demander l’unité de la gauche. Staline ayant abandonné sa stratégie : « Classe contre classe » qui consistait à s’opposer aux socialistes pour récupérer leurs militants, l’union va être possible.

En juillet 1935, le PCF, la SFIO et le parti radical forment une union antifascisteavec un slogan : « pain, paix , liberté »( augmenter le pouvoir d’achat, pacifisme… Ils remportent les législatives d’avril mai 1936

2) des réformes attendues

Avant même la nomination de Léon Blum comme Président du Conseil, des manifestations et des grèves ouvrières éclatent maintenant la pression. Le nouveau gouvernement invite le patronat et la CGT à négocier pour résoudre la...
tracking img