Tourisme sexuel : « clone maudit du tourisme » ou pléonasme ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8446 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Manuscrit auteur, publié dans "Mondes du Tourisme, 3 (2011) 53-65"

Tourisme sexuel : « clone maudit du tourisme » ou pléonasme ?
Sur la sexualité dans le tourisme en général et dans le tourisme gay en particulier.

Emmanuel Jaurand
Maître de conférences en géographie Université Paris-Est Créteil EA3482 Lab’ URBA, Université Paris-Est jaurand@u-pec.fr

hal-00615305, version 1 - 18 Aug2011

Stéphane Leroy
stephane.leroy@u-pec.fr Maître de conférences en géographie Université Paris-Est Créteil EA3482 Lab’ URBA, Université Paris-Est

Résumé Alors que le tourisme sexuel a été abordé dans le cadre de recherches anthropologiques ou sociologiques, peu d’ études géographiques ont questionné les relations entre le tourisme et la sexualité. Cependant, dans sa définition classiquerestrictive limitée à la prostitution, le tourisme sexuel ne recouvre qu’ une partie de la question du sexe dans le tourisme : au-delà de ce phénomène aux contours flous, les thèmes des sexualités et du tourisme peuvent se trouver enrichis par un questionnement croisé. La prise en compte de l’ orientation et des comportements sexuels des touristes peut permettre de préciser leurs motivations etattentes par rapport au lieu touristique, et donc le sens qu’ donnent à leur expérience touristique. Plusieurs types de lieux ils touristiques sont organisés autour de la rencontre de l’ autre, permettant également la découverte de soi. Le tourisme gay en est un exemple : pour les gays, l’ espace-temps touristique, permettant la rupture avec les contraintes de l’ univers quotidien, est essentiel dans laconstruction de leur identité.

-1-

Abstract Sexual tourism has been studied through anthropological or sociological researches, but few geographical studies have investigated the relationship between tourism and sexuality. However, sexual tourism, in its classical restrictive form limited to prostitution, only partly deals with the sex issue in tourism: beyond sexual tourism, whose limitsare uncertain, sexuality and tourism topics can be developed by cross-questioning. Taking sexual orientation and behaviors of the tourists into account can help to describe their motivations and expectations regarding touristic places; and thus the meaning they can give to their own experience as a tourist. Several types of touristic places are organized so that the tourists can meet othersallowing some of them to discover oneself. Gay tourism gives a good example: for gay men, touristic space-time, allowing a departure from an alienating day-to-day life; is essential in the construction of their identity.

hal-00615305, version 1 - 18 Aug 2011

L’ assimilation du tourisme sexuel à un « clone maudit du tourisme » est due à l’ essayiste Philippe Muray (2005, p. 80) pour lequel letourisme sexuel serait une sorte d’ épouvantail, un écran produit hypocritement par le secteur touristique pour empêcher toute critique sur le tourisme en général. Loin de partager la « touristophobie » latente d’ tel propos, comme celle de nombre d’ un écrits scientifiques sur le tourisme voire de guides touristiques (Equipe MIT, 2002), nous pouvons cependant nous interroger sur la pertinence d’isoler un tourisme dit sexuel par rapport à l’ ensemble du tourisme. Opposer le tourisme sexuel au tourisme sous-entendrait du même coup que celui-ci n’ aurait pas de lien avec la sexualité. Classiquement, les recherches sur le tourisme mettent l’ accent sur des éléments de motivation plus valorisants et socialement acceptables comme le dépaysement, le bienêtre, la culture, l’ éthique, etc. La prise encompte des sexualités dans les études sur le tourisme n’ existe que depuis deux à trois décennies, avec des nuances importantes entre les pays et les disciplines. Un double retard caractérise ces recherches en France par rapport au monde anglo-saxon ou même au Québec, et les recherches géographiques sur le sujet par rapport à celles menées par les sociologues ou les anthropologues 1. Le champ...
tracking img