Tous les matins du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5178 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
NIVARD Noémie, Seconde J |
|
|
|
|
01/02/2011 |

|

Aujourd’hui je reçu un appel de la clinique Saint André de Nancy. On m’annonça que ma grand-mère y avait été admise ce matin pour un infarctus. J’étais sa seule famille. Je me dépêchai alors à rejoindre l’établissement pour être le plus rapidement possible à ses côtés.
Arrivée enfin dans sa chambre je la trouvai endormiedans son lit d’hôpital. Je m’assis sur le seul fauteuil de la pièce et regarda par la fenêtre. Un sentiment de culpabilité m’envahit, cela faisait deux mois que je n’avais pris aucune nouvelle de ma chère grand-mère. J’avais laissé une vieille femme, seule, sans encadrement, sans chaleur humaine, sans amour, elle était mise à l’épreuve de la vie quotidienne qui peut sembler pour beaucoup depersonnes, facile mais qui pour une dame âgée est un dur combat. Je sentis tout à coup du froid se poser sur ma main, je tournai la tête et j’aperçu la main fripée de « Mamie ». Elle me regardait avec un regard faible mais remplis d’amour. Apparemment elle ne m’en voulait pas pour ces mois d’absence. On parla de sa santé pendant au moins une heure. Je ne loupai pas l’occasion de m’excuser pour ce manquede nouvelles. Puis un silence pesant se forma. Comme si elle voulait me faire passer un message mais que les mots qui se bousculaient dans sa tête ne voulaient pas se faire entendre. Un léger soupire résonna dans la pièce et une grande inspiration en déduit que Mamie allait commencer ce qu’elle tenait tant à me dire :
« Ecoute ma chérie, j’ai quelque chose à te faire savoir. Tu as combien detemps devant toi ?
* J’ai un rendez-vous chez le médecin dans une demi-heure, pourquoi ? Répondis-je.
* Peux-tu l’annuler afin de rester avec moi, il faudrait qu’on ait au moins jusqu'à la tombée de la nuit.
* Oui, il n’y a pas de problèmes, tout ce que tu voudras. Tu m’attends ici cinq minutes je vais passer un coup de fil pour annuler mon rendez-vous. Tu veux quelque chose à boire carje vais en profiter pour me prendre un café.
* Non merci ma puce ça ira. Dépêche-toi ! ».

Je descendis au rez-de-chaussée (c’était le seul endroit où on avait le droit de téléphoner et où il se trouvait des pièces « détente » avec des machines à café. Après avoir annulé mon rendez-vous, je pris un café et m’assis sur une des chaises. Je réfléchis à ce que grand-mère avait à me dire. Est-cegrave ? Un secret de famille qu’on transmet de génération en génération et que c’était enfin à mon tour de le savoir ? Je m’arrêtai de me poser des questions et finis mon café d’une traite.
Cinq minutes plus tard je me retrouvai dans la chambre de l’hôpital. Mamie s’était assise et avait sur ses genoux un petit livre, un journal intime à première vue et elle parcourait les pages avec beaucoupde soins et d’intention. Lorsque qu’elle vu que j’étais revenue, elle me sourit et me fit signe de m’assoir près d’elle, sur le fauteuil où je m’étais installée tout à l’heure.
« C’était à ton arrière grand-père, commença-t-elle. C’est un cahier qui date des années 1930. Tu savais que c’était un enquêteur très réputé dans les environs de Nancy ? »
Elle n’attendit pas ma réponse, qui était biensûr positive et elle continua ses explications.
« Le plus grand de tous même, oserai-je dire ! Il élucida beaucoup de mystères et il était respecté. Jusqu’à ce qu’il devienne fou à cause, d’après certaines rumeurs, de sa dernière enquête. Le pauvre mourut dans un asile !
* Mais Mamie tu parles de ton père, la coupai-je.
* Oui tout à fait, mais il n’a jamais pris la peine de s’occuper demoi, de prendre de mes nouvelles alors je ne le considère pas comme mon père, il est juste pour moi l’homme qui m’a mise au monde ».
Comme je me rendis compte que ce sujet lui était sensible, j’arrêtai de la questionner et me contentai d’acquiescer à ses explications. Et elle continua :
« Je fis de nombreuses recherches sur la cause de sa mort, si ces rumeurs étaient réellement vraies ou...
tracking img