Tous les matins du monde , la nature morte et les vanités dans les deux oeuvres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (287 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Genre de la nature morte apparait à plusieurs reprises. D'abord, avec le tableau de Baugin. Car, meme s'il ne comporte pas toutes les caractéristiques de lanature morte, il rapelle quand meme ce genre pictural en vogue au XVIIe siecle. Ensuite, ce genre apparait lors de la visite chez Baugin , peintre spécialiste desnatures mortes.
La nature morte symbolyse les vanités du monde, l'inutilité de l'attachement aux choses matérielles, qui sont périssables.Elle représente "un verre àmoitié plein de vin rouge, un luth couché, un cahier de musique, une bourse de velours noir, des cartes à jouer..." (p59-60), "un échéquier", "un miroir", dessymboles de jeu , de la vanité , du luxe et du divertissement. Toutes choses matérielles ou éphémères qui éloignent l'individu de l'essentiel, c'est à dire d'unereflexion sur l'au-dela. Elle invite donc le spectateur à se tourner vers des valeurs spirituelles et à mener une vie simple, le poussant à interroger le fondement moralde ses actes. Dans la discussion qui les réunit, Sainte Colombe se définit comme un artiste conscient de la vanité de toute chose, alors que Baugin semble avide derichesse. La nature morte apparait comme le symbole du mode de vie de Sainte Colombe , tourné vers la spiritualité et l'essence de l'art.

L'espace est structurésur le mode de l'antithèse. La ville est le lieu de la vanité. Baugin avoue consacré son art à gagner des richesses (p61). Pourtant, le genre de la nature morte,qu'il pratique, consiste à dénoncer les biens matériels, pour leur futilité. Baugin est donc un peintre hypocrite. De fait la ville est l'espace des faux-semblants.
tracking img