Tout les matins du monde-quel est l'intérêt des deux scènes des envoyés du roi?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1665 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 février 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
QUEL EST L'INTÉRÊT DES DEUX SCÈNES DES ENVOYÉS DU ROI?

(Avec quelques observations sur le film en attendant une comparaison)

SITUATION:

        Aux chapitres 3,4 & 5 nous apprenons que les concerts de 4 heures que SC donne avec ses filles ont un réel succès et que le « public » bourgeois et aristocratique s'y presse (15 carrosses p.24).

        Le roi veut entendre un musicien siréputé et peut-être l'enrôler dans les musiciens de sa chambre (Grande ou petite bande).

        Il dépêche tour à tour MM Caignet (joueur de viole attitré de L XIV et membre de sa chambre) et Chambonnière (CHAPITRE 4) puis l'abbé Mathieu pour l'inviter à jouer devant lui (CHAPITRE 5).

    [POUR MÉMOIRE:le film montre
-1- un concert (Toinette ne joue pas; A C utilise le long passage d'unmorceau de musique pour suggérer au cours de l'interprétation publique des rapports très particuliers entre père et fille) puis

-2-la visite à la cabane (A C ne reprend pas l'écoute de Caignet sous la vorde);

-3- l'arrivée d'un carrosse devant la porte : celui de Caignet & Mathieu; »Service du roi « (répété).

-4- l'échange vif entre l'abbé et le sauvage (dans la salle où avaient lieu lesconcerts « privés »; séquence assez wellesienne avec des plafonds omniprésents et des portes en enfilade: séquence dont le crescendo consiste à rapprocher non les deux adversaires mais à passer à deux gros plans pour finir);

-5-enfin  les filles au jardin ( bêchant, plantant etc...)]

    Voyons l'intérêt de ce passage.

    1/UN COMPLÉMENT AU PORTRAIT DE SC: le solitaire en action. Unêtre entier.

Nous sommes dans la première partie du roman et nous voyons en action celui qui nous a été présenté de façon déjà riche.

Nous le savons :

    • opiniâtre (Pp31): ici il refuse à deux reprises une invitation du roi qui est en réalité un ordre. Ce que lui rappelle Caignet.

   
    • taciturne: il n'aime pas parler et ne sait pas s'exprimer facilement ( « peu de disposition aulangage » 22). Pendant un temps il ne desserre pas les lèvres.
        Force est de constater tout de même que face à Caignet ses réponses sont éloquentes, raisonnées et qu'il a le sens de la formule : « mes amis sont les souvenirs » ou « Vous direz à sa majesté qu'elle s'est montrée trop généreuse quand elle a posé son regard sur moi ». De la même façon il sait répondre point par point àl'emphase de l'abbé Mathieu (29/30): il pratique la pique cruelle (« mes porcs à vous-même ») et trouve d'autres énoncés frappants (« Votre palais est plus petit qu'une cabane et votre public moins qu'une personne »). Sans parler de sa réplique prophétique : « Vous êtes des noyés. Aussi tendez-vous la main. Non contents d'avoir perdu pied, vous voudriez attirer les autres pour les engloutir ». D'ailleursle roi aima sa réponse:il en a deviné le tour spirituel [le film délaisse cette sortie].

    Autrement dit il sait parler et bien mais il a une grande défiance envers le langage : il lui faut l'irritation et la colère [que Marielle rend bien en parlant très vite] pour trouver une éloquence qu'il n'aime pas.

        • en même temps il est (involontairement) éloquent avec son corps : soncorps le rend lisible.  Il est blême pour avoir été dérangé 24; son visage s'empourpre, ses yeux luisent de colère 26; blanc comme du papier 31 lui qui est jaune comme un coing;i l tremble; il pousse des AH! sourds; son débit de voix est ensuite  lent et saccadé. [ Le film met bien en valeur les réactions très physiques de Marielle ; l'énumération des raisons de ne pas aller auprès du roi passe par uncompte très heureux des doigts : Marielle tremblant évoque aussi ses souvenirs en fermant la main gauche qui devient aussi un ...poing fermé comme s'il protégeait tout ce qu'il énumère]]

    • violent, capable de gestes extrêmes :il touche presque Caignet ; il le pousse vers la maison 26/27 [ le film accentue la violence et le comique de la scène : le musicien courtisan trébuche presque...