Tout peut-il s'acheter ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1529 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Tout peut-il s’acheter ?

Intro :
Acheter c’est échanger un bien contre un autre bien, généralement une monnaie, qu’on estime avoir de la valeur. Nos sociétés sont fondées généralement sur l’échange et nous considérons ainsi spontanément que de nombreux biens sont échangeables. Achat et échange vont de paire dans cette mesure, et c’est là qu’est la base de toute transaction quellequ’elle soit. On quantifie l’objet d’échange, mais aussi la valeur que l’on veut accorder à l’assouvissement du désir que nous ayons à l’égard de l’objet. Cet échange ne renvoie pas nécessairement à des biens matériels. Ainsi, dans certaines sociétés on a pu acheter des esclaves pour leur force de travail tout comme d’ailleurs, sans faire référence nécessairement à des pratiques anciennes, des individusvendent leur force de travail contre un salaire. On entend dire aussi par exemple qu’on a acheté le silence d’une personne pour signifier qu’on lui demande son silence en contrepartie d’une protection ou de biens. On peut alors remarquer que l’expression a généralement une connotation négative. Dire d’une personne qu’elle est achetée, c’est souligner qu’elle n’a pas beaucoup de morale, qu’ellen’agit que selon son propre intérêt.
Pour Frédéric Beigbeder, tout pouvait s’acheter, même vous et moi. Pourtant, d’une manière générale on aurait tendance à dire que les sentiments profonds comme l’amour, l’amitié, ou tout simplement le bonheur, ne peuvent à priori pas être achetés.
Chacun pourrait apporter son propre jugement, mais on peut se demander comment d’une manière générale savoir cequi peut être acheté ou non ? Après avoir vu dans un premier temps que tout ce qui est matériel peut en effet s’acheter, nous verrons dans un second temps, que tout ce qui touche à nos sentiments, nos droits et devoirs, ne peut là pas être acheté.

I.Tout ce qui est matériel peut en effet s’acheter.
Dans son ouvrage « Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations », AdamSmith associait la division du travail, au penchant naturel des hommes pour l’échange. Un échange de biens et services, un échange que l’on pouvait quantifier, par la monnaie ou d’autres manieres de transactions.
Karl Marx aussi a basait l’échange au cœur de sa reflexion en montrant l’opposition entre la bourgeoisie qui détenait les moyens de production qui n’avaient que leur force de travail commeseules ressources. C’est l’échange entre ces rapports de production, qui permettrait la naissance d’une production, et donc par la suite d’un quelconque achat.
L’achat et l’échange sont donc au cœur des Sociétés traditionnelles depuis maintenant bien longtemps déjà. Mais cependant, cela nous permet-il réellement d’affirmer que tout peut véritablement s’acheter ?

Rousseau rentrait dans la lignéede cette vision d’achat. Pour lui tout ce qui est matériel peut en effet s’acheter mais qu’à partir du moment où notre conscience intervient, notre sensibilité et notre esprit doivent être pris en considération, et de ce fait, les choses ne prennent plus la même valeur. En effet, tout ce qui est matériel peut bien s’acheter, qu’il s’agisse simplement de nos besoins primaires telle quel’alimentation, ou même encore de nos besoins secondaires, qui là malgré une certaine utilité importante, nous permettent davantage de répondre à nos désirs. Acheter une très belle voiture, n’a rien de vraiment primordiale. La voiture est certes utile, mais bien souvent une voiture toute simple nous permettrait de répondre à l’utilité dont il est question. D’une manière générale, l’achat nous permet alors derépondre à l’assouvissement de certains de nos désirs comme avait pu le démontrer de nombreux philosophes tels que Hobbs.

Donc si on suit cette logique la, tout ce qui est quantifiable et désirable peut alors être achetable. Même ce qui peut paraître improbable. Par exemple, un homme qui a recourt aux prostitués, assouvit une sorte de désir sexuelle, quantifiable par le prix qu’il paye...
tracking img