Tout peut-il s'acheter ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3377 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Tout peut-il s’acheter ?

L’argent ne cesse de nous émouvoir et de marquer notre vie. Il est omniprésent et nous ne cessons jamais d’exprimer notre crainte de ne pouvoir jamais en gagner. L’argent qui est considéré gageur de notre idéal est en même temps source de nos frustrations et de nos tracas au quotidien. L’argent n’a pas toujours été sous la même forme. Nous l’avons crée pour noséchanges, achats. Savoir si tout peut s'acheter, c’est se demander si tout peut avoir une valeur marchande. Acheter c’est ainsi échanger un bien contre un autre bien, généralement une monnaie, qu’on estime avoir la même valeur. L'argent est tout-puissant. Tout a un prix. Dans nos sociétés capitalistes, tout est marchandise. Il n'y a rien qui puisse échapper aux échanges économiques. Dire que l'argentpermet de tout acheter, c'est réduire l'homme à n'être qu'un moyen et non une fin en soi selon Kant.
Tout a-t-il un prix ? Peut-on ramener toute chose à une marchandise ? Qu’est- ce qui peut avoir une valeur ? Ce qui n’a pas de prix peut-il être acheté ?
Après avoir vue de prime abord que tout ce qui est matériel peut en effet s'acheter, nous verrons dans un second temps, que tout ce qui touche ànos sentiments, nos droits et devoirs, ne peut là pas être acheté et enfin, la morale doit pénétrer le concept d’argent pour préserver l’intégrité humaine.

I. L’argent permet l’obtention de nombreux biens.

D'un point de vue économique, acheter peut être associé simultanément à la quantification et à l'échange. Achat et échange vont de paire dans cette mesure, et c'est là qu'est la base detoute transaction quelle qu'elle soit. On quantifie l'objet d'échange, mais aussi la valeur que l'on veut accorder à l'assouvissement du désir que nous ayons à l'égard de l'objet. La notion de marchandise est élaborée dans le cadre de l’économie politique qui considère la société comme un système de besoins complémentaires et donc d’échanges réciproques entre individus. Dans un système capitalistepour Marx, la force de travail humain est elle-même une marchandise qui s’échange contre un salaire, d’où la tendance du capitalisme à réduire le travailleur à son être-marchandise. Dans des sociétés où la valeur première est l'argent, on peut croire que tout peut être acheté, les objets comme les personnes. On achète tout aussi bien un terrain qu'un joueur de football, le silence d'un témoin, laconscience d'un homme politique. Même ce qui n'a pas de prix a un prix! L'homme qui a de l'argent peut tout faire, s'offrir tout ce qu'il désire. Non seulement des biens matériels, mais aussi ce qui normalement "n'a pas de prix" : la santé, la réputation, la liberté, l'intégrité morale. L'argent permet de m'acheter la beauté (chirurgie esthétique), un enfant (on "loue" le ventre des mères porteuses),un organe, une réputation. En principe donc, tout s'achète.
Avant la Réforme, les catholiques, en versant une somme d'argent à l'Eglise, pouvaient racheter leurs fautes. Cela s'appelait une "indulgence". Si l'on peut acheter un homme comme l'on achète un bien matériel, c'est que l'homme est faible et corruptible. Or, rares sont ceux qui, au nom d'un idéal moral, résistent à l'appât du gain, leshommes étant avant tout guidés par l'intérêt personnel. Dans des sociétés où l'argent est roi, il est encore plus facile de tirer profit du caractère corruptible de la nature humaine. Si les lois sont là pour garantir l'équité, elles sont de fait constamment transgressées. Pour s'en convaincre, il n'est que de lire les journaux qui tous les jours relatent de sombres affaires de corruption. Au18ème siècle, le théoricien E. Kant, reconnaissait déjà la toute-puissance de la corruption : "tout homme a son prix", écrivait-il. "L'argent peut tout acheter dès lors que l'on fait fi des notions de droit, de justice et de morale". La dématérialisation de la monnaie modifie aussi le rapport de l’individu à l’argent. La monnaie électronique fait en quelque sorte « s’éloigner » ce qu’on peut...
tracking img