Toute une vie, toute une mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1420 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Il faisait sombre, il faisait froid. Tout s’enveloppait dans un épais brouillard noir, refroidis par l’aura malsaine de la Mort. Quelqu’un criait, mais semblait plutôt chuchoter aux oreilles de cet agonisant. Plus rien n’avait de sens, ni les mots, ni les gestes criés pas Jean. Même pas les tirs continuels des envahisseurs parvenaient à ses oreilles. Les Monde étaient en arrêt total, les gestes,les horreurs, les gens, les balles, tout était figé. Soudain il l’entendit. Le son était clair comme la première note d’un piano que l’on vient d’accorder.
-Non ! NON ! Tu n’as pas le droit de mourir !
C’était bien Jean, et à travers sa voix, on devinait qu’elle pleurait. Elle s’effondra sur son corps et essaya tant bien que mal à le sauver. Mais en vain. C’est alors qu’une voix, unrâle, un essoufflement, presque un gargouillement inaudible sortit de sa bouche.
-Il parait que ... quand on meurt... on voit défiler tout sa vie... devant soi...
Elle pleura. Il n’avait jamais aimé quand elle pleurait, mais il ne pouvait rien faire.
Tout s’envola soudain pour laisser place, de plus en plus, à cette pièce où toute sa vie à commencer. Pas sa vie au sens propre duterme, mais plutôt toute sa raison de vivre.
-Je crois... que c’est vrai...
Il ferma les yeux et l’image prit alors forme. Il se revit, miroitant, dans la tenue réglementaire des Marines, beau et propre, loin de toutes ces batailles et toutes ces horreurs. Loin de Jean et ses pleurs. Tout semblait si réel...

Il était au siège de l’UNSC, dans la salle d’attente pour passer l’examende pré sélection pour devenir Spartan. C’était un rêve qui lui a valu plusieurs cicatrices lors de son adolescence. En effet, quand il a appris dix ans auparavant que l’UNSC recrutait des volontaire pour devenir spartan et servir l’humanité, il a tout de suite eu envie de faire parte de ces recrues. La vie a été difficile, il a dû s’entrainer durement des heures durant. Dans la neige, dans la boue,dans le sable. Et ses efforts ont été récompensés. Il s’est un jour présenté à l’UNSC et à été embauché comme Marine. Au fil des années, il est monté en grade et est devenu Major. Ce grade lui à été incombé pour ses prouesses au combat et les résultats et avancées qu’il a offert à l’humanité. C’était deux mois plus tôt. Aujourd’hui, il se présente pour devenir Spartan.
Il se trouvait dans unesalle remplie d’objets en tout genre, épées, balance de Newton, magazines, boule lumineuse etc. La tapisserie représentait le signe de l’UNSC. En s’approchant un peu plus près, il découvrit qu’il s’agissait e réalité d’une multitude de petits carreaux formant une mosaïque. Les chaises étaient alignées sur toute la longueur du mur, il y en avait une vingtaine, et dix d’entre elles étaient occupées.Des marines qui ont vécu. L’un jouait avec son couteau, un autre lisait tranquillement un magazine. L’attente était longue, tellement longue qu’il se leva et commença à tourner en rond, croyant que cela ferait passer le temps plus vite. Il avait tort bien évidemment et se rendit compte de sa stupidité.
Soudain, un homme entra, il était grand et imposant. Des cicatrices parsemaient son visage auxtraits durs. Il était borgne, ou du moins il avait un bandeau qui lui cachait l’œil droit. L’œil gauche quant à lui était d’un noir profond. Un noir si simple qu’il pourrait faire fuir un Gûta. On pouvait voir sur sa poitrine de nombreuses médailles significatives de l’intelligence, du courage et de la ténacité de cet homme. Sur son épaule arborait son grade, et il devenait très simple decomprendre que cet homme était général. Il s’exprima alors d’une voix douce et sereine, qui n’avait rien à voir avec sa physionomie. Notre homme mit longtemps à s’habituer à sa voix. Il nous dit de nous mettre au garde à vous. Les soldats qui ne l’avait pas encore remarqué se levèrent d’un bond et se mirent au garde à vous. Le général se présenta comme étant le Général O’Connell. Général étoilé. Après...
tracking img