TPE femmes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (936 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2015
Lire le document complet
Aperçu du document

Sous partie : l’épouse dans la famille

le devoir d’être une bonne épouse :
Une bonne épouse doit se comporter ainsi :
Après ses prières du matin , habillée correctement en prenant compte de sacondition social , elle sortira accompagnée de femmes honnêtes et marchera les yeux baissés sans regarder ni a gauche ni a droite.
Elle placera son mari au dessus de tous les hommes, avec le devoir del’aimer, de le servir, de lui obéir, se gardant de le contredire de toutes choses. Elle devra se montrer douce, aimable et devant les colères de celui-ci , elle devra se montrer calme et modérée.
Sil’épouse constate une infidélité, elle confiera son malheur à dieu uniquement.
Elle veillera a ce qu’il ne manque de rien tout en se montrant d’une humeur égale.
Bien que l'égalité des époux soit poséedans l'échange des consentements, la femme reste pourtant sous l'autorité de son mari. L'homme endosse la responsabilité de l'honneur de la famille. L'époux a le pouvoir sur la famille.  
La femme estalors presque considérée comme une mineure tout le long de sa vie, passant de l'autorité de son père à celle de son mari.
La répudiation est interdite et l’adultère de la part de la femme , estsérieusement condamné.
Elle se doit d’être féconde et non impuissante. Cela peut être l’une des causes du divorce.
Le prestige de la DAME, l’épouse du seigneur est considérable dans le coeur des guerriers.Elle cristallise leurs rêves, leurs désirs, leurs espoirs. Le chevalier doit se montrer prêt à mourir héroïquement pour son amie, alors que celle-ci est censée le protéger par son amour et luiinspire vaillance et courage.

La brutalité conjugale :
Battre sa femme au moyen âge était courant et parfois même conseillé. Les coutumes de Beauvesis autorisent le mari à corriger son épouse, surtout encas de désobéissance.

« En plusieurs cas, les hommes peuvent être excusés de mauvais traitements envers leurs femmes, sans que la Justice ait le droit de s'en mêler. Car il est permis à l'homme...