Tpe science et savant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2611 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
2.2 - Petit historique de la découverte de l'atomePuisque personne n'a jamais vu ni touché d'atome, celui-ci n'est qu'un modèle : "on suppose qu'il existe un objet que l'on nomme «atome» et qui constitue la matière, ses caractéristiques sont les suivantes : ...". Ce modèle est accepté par toute la communauté scientifique et n'a jamais été mis en défaut, mais il a évolué au cours du temps. Nousprésentons ici les grandes étapes qui ont amené au concept actuel d'atome.
Antiquité : un concept philosophiqueUne idée ne germe jamais dans un seul esprit, il est donc probable que plusieurs peuples aient développé la notion de "grain composant la matière", tant ce concept semble évident lorsque l'on morcèle une motte de terre.
Dans la culture européenne, ce concept est cité pour la premièrefois dans la Grèce antique au Vème siècle avant Jésus Christ, chez les philosophes pré-socratiques (notamment Leucippe, env. 470-360 av. J.-C.). C'est d'ailleurs du grec que vient le terme atome, atomos (ατoμos) signifiant «que l'on ne peut diviser».
Mais il ne s'agit là que d'une conception a priori du monde, on suppose que la matière ne peut se diviser indéfiniment. Ceci est à mettre au mêmeniveau que la décomposition du monde en quatre éléments (eau, air, terre, feu). Ce fut sans doute un tournant philisophique majeur, à l'origine du matérialisme et de la critique de la religion, mais scientifiquement parlant, ce n'était qu'une intuition sans plus de valeur que les autres.
La chimie du XVIIIème siècle - les élémentsDepuis des millénaires, on a remarqué que les produits setransforment : le feu, la métallurgie (transformation du minerai en métal), la corrosion (dégradation du métal), la vie, la cuisson des aliments, la décomposition de la matière organique... Par exemple, pour Démocrite, les transformations de la matière s'expliquaient de la manière suivante : il y avait quatre types d'atomes (eau, air, terre, feu) qui s'associaient et se dissociaient, en fonction de l'amourou de la haine qu'ils se portaient. Au Moyen-Âge, les alchimistes ont étudié ces transformations et remarqué qu'elles suivent des règles bien précises.
Vers 1760, des chimistes anglais commencent à s'intéresser aux gaz produits par les réactions, afin d'en mesurer le volume et de les peser. Ainsi, Joseph Black, Henry Cavendish et Joseph Priestley découvrent différents «airs» (c.-à-d. gaz) :l'«air fixe» (le gaz carbonique), l'«air inflammable» (le dihydrogène), l'«air phlogistiqué» (le diazote), l'«air déphlogistiqué» (le dioxygène)... (Le terme «phlogistique» provient de la théorie du chimiste allemand Georg Ernst Stahl, au début du XVIIIème siècle, pour expliquer la combustion ; cette théorie fut balayée par Lavoisier.)
Antoine Laurent de Lavoisier (chimiste français) énonce en 1773que2
Rien ne se perd,rien ne se crée,tout se transforme
(formulé d'une manière légèment différente à l'époque) signifiant par là que :
la masse se conserve pendant les réactions chimiques3 ;
les substances se décomposent en «éléments», c'est l'organisaiton de ces éléments qui change lors d'une réaction.
Cette notion marque la véritable naissance de la chimie. Les chimistes ont donccommencé à recenser les éléments dont sont composées toutes les substances et à créer une nomenclature systématique -- oxygène : qui génère des acides (oξυs signifie "acide" en grec) -- hydrogène : qui génère de l'eau... Par exemple, en 1774, Lavoisier en suivant les travaux des chimistes anglais, et établit que l'air se compose en «air vital» (dioxygène) et en «air vicié et méphitique, mofette»(diazote) ; en 1785, il décompose l'eau (en faisant passer de la vapeur d'eau sur du fer chauffé au rouge) et montre donc que ce n'est pas un élément.
Le terme d'«analyse» provient d'ailleurs de cette notion de décomposition, lusis (λυσιs) signifie "dissolution" en grec : on décompose les produits (par attaque acide, en les brûlant, en les distillant...) jusqu'à obtenir des substances simples...
tracking img