Tpe solleil

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3500 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ANDRIEU Simon 1°S
MAZARS Morgan groupe 76
TPE
sur le rayonnement solaire

 Page 1 /17
SOMMAIRE :

Hypothèse et introduction

I / La formation du soleil

II / Le détail de la fusion nucléaire

1) Le principe de la fusion

2) De la fusion a la production de lumière

III / Les différentes couches du soleil que doit traverser l’énergie produite

IV / Le systèmesd’évacuation de la chaleur

V / La gravitation sur le soleil

VI / Conclusion

INDEX

BIBLIOGRAPHIE

Les deux synthèses personnelles.

Page 2 /17
LE SOLEIL



Sur terre lorsqu’on regarde le ciel, on voit des milliers de points lumineux : les étoiles. Notre soleil fait parti de ces nombreuses étoiles. Cependant de toutes les étoiles notre soleil est celui dont on aperçoit leplus sa lumière. En effet il nous produit la lumière suffisante pour vivre.
Pourquoi et comment le soleil produit la lumière qui arrive jusqu’à nous ?

Page 3 /17
Le Soleil est donc une étoile, c’est un corps très chaud. C’est donc peut être cette chaleur qui est responsable du rayonnement solaire ?

I / La formation du soleil

Pour comprendre le fonctionnement de notre étoile ilfaut tout d’abord connaître sa formation :

Pour se former notre soleil, comme toutes les autres étoiles, a besoin de matière en abondance, c'est-à-dire pour l'essentiel d’hydrogène et d'hélium. Ce sont les deux principaux constituants de l'univers que l'on rencontre dans ces immenses réservoirs que sont les nuages interstellaires*. Dans un nuage, la dilution du gaz est extrême. Or une étoilene parvient à s'allumer que parce que ses régions centrales sont parvenues à un haut degré de compression. De façon très générale, les conditions requises ne se rencontrent dans les nuages moléculaire géant les plus froids et les plus compacts.

Les nuages moléculaires géants dans lesquels se forment les étoiles sont en général dans une situation d'équilibre relatif. Dans un nuagemoléculaire, la pression qui spontanément conduirait à sa dispersion y est globalement équivalente à la force de gravitation agissant sur elle en sens inverse. Mais des que le nuage se cogne à un autre nuage, ou qu'il soit percuté par l'onde de choc créée par l'explosion d'une étoile proche alors tout dérape. Une région quelconque du nuage devient, sous le choc, plus dense et tout son bel équilibre serompt. Dans ce coeur dense, comme on l'appellera, la gravitation vainc inéluctablement la pression. La portion de nuage concernée commence alors à s'effondrer sur elle-même sous son propre poids. Un mécanisme se met ainsi en place.

Notre cœur de nuage en rotation se contente dans un premier temps de s'étaler sous l'effet de la force centrifuge pour
Page 4 /17
former un disque épais. Cettegrosse galette, rendue opaque par la concentration de poussières
Qu’elle renferme, tourne cependant à une telle vitesse dans ces régions intérieures que le matériau qu'elle contient ne parvient pas en son centre. Autrement dit, la force centrifuge, contrant efficacement la force de gravitation, creuse au cœur de la galette un espace vide. Si aucun autre mécanisme n'intervenait, la contraction desportions de nuages aboutirait à la formation d'un anneau de gaz en rotation et en aucune façon à une étoile. Deux nouveaux phénomènes vont heureusement sauver le processus de formation stellaire. En premier lieu, on doit tenir compte de la fraction du faible champ magnétique qui baigne dans la galaxie et qui se trouve piégée par les fragments de nuages en contraction*. Avec leur effondrementl'intensité du champ augmente. Il devient alors assez puissant pour agir sur les ions du nuage et, au total, freiner quelque peu sa rotation dans les régions internes et d'en accélérer les régions périphériques. Mais un second mécanisme encore plus efficace va aussi intervenir : la fragmentation de la masse gazeuse.

Le détail de la fragmentation des nuages proto stellaires n'est pas encore...
tracking img