Tpg traumatologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2114 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Après le premier lever le lendemain de l'opération, la marche est reprise progressivement à partir du deuxième ou troisième jour, avec l'aide de deux cannes anglaises qui seront abandonnées progressivement.
L'hospitalisation dure en moyenne une dizaine de jours dans le service de chirurgie, suivie d'un séjour facultatif d'environ 1 semaine en service de rééducation.
Vous devrez suivre untraitement anticoagulant et porter des bas de contention pendant une quarantaine de jours pour prévenir le risque de phlébite.
Surveillance postopératoire :
1) AU RETOUR :
Pouls/tension
Respiration
État de conscience.
Rechercher un saignement important
•Par la plaie
•Par le drainage : éventuellement casser le vide si le malade saigne trop
Surveiller les extrémités du membre opéré :doigts et orteils
•Couleur
•Sensibilité
•Motricité
2) DANS LES JOURS QUI SUIVENT :
*Température 2 fois par jour
En cas de fièvre suspecter un hématome et/ou une infection.
*Pouls et tension également 2 fois par jour
Accélération du pouls : penser à la phlébite.
*Surveillance et changement du pansement
Attention à la date du premier pansement.
*Attention aux dates :
•Du premierlever
•Du premier appuis
*Ablation des fils au bout de 15 jours environ.
C’est un système de drainage utilisé pour l’évacuation des sécrétions septiques ou non. Il est introduit dans l’organisme par une ouverture accidentelle ou chirurgicale et entre en contact avec les tissus.
Il permet d’éliminer les saignements persistants à la fin d’une intervention chirurgicale. Cela prévient leshématomes et les suppurations secondaires.
Rôle infirmier :
- dépistage précis d’hémorragie par la plaie ou par le drain.
- sur PM, surveillance régulière du redon.
- surveillance du système de drainage, tubulure + flacon.
Au retour du bloc opératoire :
Informer le patient qu’il a un drain.
Drain + patient correctement installés.
Fixer le drain sur la peau avec du sparadrap pour éviterqu’il ne tire au niveau de son raccord avec la tubulure.
Tout noter : nom, numéro, côté (D, G, H, B), avec ou sans vide sur le drainobag…
Lit en déclive Surveillance des liquides.
ATTENTION si présence de sang, prévenir le médecin.
Surveillance du vide du flacon.
Surveillance de la perméabilité du drain. Voir si le pansement est stérile et hermétique.
Les jours suivants :
Idem + surPM → changement du flacon et/ou prélèvement bactériologique.
ATTENTION RDCG, fil suturé : surveillance de l’orifice du drain.
Il doit être :
*Déclive, posé à la partie où se collectent les liquides sous l'effet de la pesanteur
*Direct : il doit effectuer le plus court trajet entre le lieu à drainer et l'extérieur, sans coudure
*Effectif :
•De calibre suffisant
•Perméable
•Non collabé: écrasé contre la paroi ou coupé par une suture cutanée

Surveillance des drains :
Vérifier au retour du malade :
•L'efficacité du système de drainage
•Que la poche est bien collée à la peau
•La quantité de liquide régulièrement dans les premières heures (la noter)
Noter systématiquement :
•La quantité quotidienne recueillie
•L'aspect du produit : couleur, odeur...
Vérifier laperméabilité.
Les poches ne s'appliquent que sur une peau sèche.
Apprendre au malade à bouger avec son drain.
Vérifier qu'il n'est pas couché dessus.
Pour les drains de redon :
Vérifier le vide et le volume drainé, son aspect, le point de ponction.
Prévenir le médecin réanimateur en cas d’écoulement important brutal.
En cas de saignement post-opératoire important, voir avec le médecinréanimateur s’il est nécessaire de « stopper le vide ».
En dehors des situations d’infection du site opératoire, l’ablation du drain de redon se réalise lorsque le volume drainé est inférieur à 20 ml/jour ( en général à J2), après avis du médecin réanimateur.
Pas de changement du flacon de recueil au moment du bilan entrée/sortie : la date sera à inscrire à l’aide d’un marqueur ou d’une...
tracking img