Tradition revolutionnaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6206 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I
La tradition révolutionnaire

Si l’on applique l’«esprit du siècle» diffusé par les philosophes depuis le fin du 17ème siècle aux trois principes qui constituent le soubassement de la société monarchique française – le mariage mystique du roi et de la nation, la hiérarchie sociale basée sur les ordres, et la reconnaissance des corps intermédiaires – ces derniers apparaissent comme autantd’anachronismes moyenâgeux. D’une part en effet, les préjugés religieux devenant incompréhensibles, l’institution royale est dépourvue de justifications, et les intérêts de la nation peuvent se trouver opposés à ceux du roi; d’autre part la hiérarchie des ordres et des corps issue d’une longue tradition, apparaît aux hommes du 18ème siècle comme contraire à la Raison, à l’égalité naturelle, et aubonheur commun. Face à la bourgeoisie montante et sûre de sa force, les nobles eux–mêmes ne croient plus que faiblement à la société aristocratique. Enfin les corps intermédiaires sont critiqués au nom de l’égalité (égalité devant la loi), de l’intérêt général (supérieur aux intérêts corporatifs) et surtout d’une conception absolue de la liberté individuelle qui sera définie ainsi par Alexis deTocqueville: «Chaque homme étant présumé avoir reçu de la nature les lumières nécessaires pour se conduire, apporte en naissant un droit égal et imprescriptible à vivre indépendant pour tout ce qui le regarde, à régler comme il l’entend sa propre destinée».
Le processus révolutionnaire proprement dit s’est caractérisé comme toujours par l’apparition de courants de plus en plus radicaux: lesrévolutionnaires les plus modérés (les Monarchiens) dominent la Constituante (1789-1791); pendant la Législative (1791-1792), les Girondins sont majoritaires et penchent pour une République gouvernée par la bourgeoisie aisée; pendant la Convention (1793-1794), les Jacobins l’emportent; ils prônent une République démocratique dans la quelle les artisans et les commerçants auraient le pouvoir; mais ils sont eux– mêmes débordés par les sans–culottes, peu nombreux à l’assemblée mais puissants à la commune de Paris, qui réclament l’égalité totale et immédiate.
1789 a été à l’origine d’une tradition en France. En effet les principes révolutionnaires affirmés entre 1789 et 1799, l’organisation du pouvoir expérimentée durant cette période, sont réapparus en 1848: à la différence de celle de 1830, la«Révolution» de 1848 est véritablement révolutionnaire (au sens sociologique du terme). On peut y ajouter la Commune de Paris (1871) et la période de la libération en 1944 qui n’ont pas donné naissance à des institutions durables mais qui prolongent et développent 1789 et 1848.Ainsi délimitée, la tradition révolutionnaire se présente sous deux aspects: elle a laissé un legs positif qui concerne uneconception du pouvoir et de son rôle; la Révolution a affirmé des principes nouveaux qui vont dominer la vie politique et constitutionnelle jusqu’à nos jours. Mais le second aspect négatif, réside dans l’échec des modèles constitutionnels qu’elle a imaginés, sous réserve de l’influence que le régime d’assemblée a toujours exercée sur la tradition parlementaire.

1. L’AFFIRMATION DES PRINCIPESREVOLUTIONNAIRES:

La Révolution de 1789 consacre la victoire de la philosophie politique du 18ème siècle. Libérale à l’origine avec les Monarchiens et les Girondins, elle dépassa vite ce stade avec les Jacobins pour faire pressentir la démocratie que les révolutions ultérieures consacreraient; il existe donc une opposition dans les principes révolutionnaires ente les principes libéraux et les principesjacobins: une opposition dépassée aujourd’hui car leurs éléments sont fondus dans un «compromis démo – libéral»; mais une opposition très vivace pendant les 18ème et 19ème siècles.
La démocratie libérale est une conception politique directement issue du courant de pensée libéral. Elle a pour fondement essentiel la notion de liberté individuelle, l’émancipation de l’individu. Popularisé...
tracking img