Traité de pédagogie-commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2065 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Traductions. Traité de Pédagogie, publié par Rink, 1803, trad. J. Barni – Paris, Durand, 1855, réédité par Thamin, Paris, 1886 et Alcan, 1931.

Le Siècle des Lumières et ses philosophes illustres n’ont cessé de s’interroger sur les problèmes de pédagogie. La formation de l’enfant et l’accomplissement de l’homme étaient alors des préoccupations fondamentales qui se devaient d’être repensées.Kant voyait même dans l’éducation «  le grand secret du perfectionnement de l’humanité ». C’est à l’occasion d’un enseignement universitaire qu’Emmanuel Kant a conçu Le Traité de pédagogie. Pour Kant, l’Homme devient Homme par l’éducation. C’est ainsi qu’il confère diverses fins à l’éducation afin que tout individu puisse atteindre sa « condition primaire ». Il nous livre par la même une méthoded’éducation.

Dans un premier temps, l’éducation se doit de discipliner l’individu. Elle doit limiter, ou plus exactement, réduire à néant, ce qui peut être défini comme sauvage ou animal chez l’individu. Car l’homme dépourvu de l’idée même d’éducation n’a connaissance que de ses plaisirs particuliers. Ses contraintes restent des contraintes qu’il a bien voulu s’imposer à lui-même. Cet homme noninstruit ne connaît pas la contrainte imposée par autrui ni même l’effort auquel il faut consentir pour cela. L’homme doit faire abstraction de ses désirs propres pour obéir à des règles, qui si elles ne sont pas pour autant non naturelles, lui restent extérieures. La socialisation se pose dès lors comme le problème premier. L’homme doit donc accepter de se soumettre. Il faut que le penchant animaln’empêche en rien l’humain de se développer. Il faut même que l’homme individuel tout comme l’homme social ne soient pas atteints par cette animalité. Cette première condition à l’éducation qu’est la discipline consiste, en un sens, à civiliser l’individu afin d’ébaucher la démarche d’éducation.

Puis, l’éducation doit donner accès à la culture dans le sens d’un apprentissage, d’une compréhension etenfin, d’une mise en œuvre des valeurs intellectuelles, techniques et pragmatiques relatives à la civilisation ou à la société dans laquelle l’individu existe. Ainsi, on aboutit à l’habileté qui correspond à la capacité de parvenir à une fin nonobstant tout jugement de valeur et en ayant pour loi que son plaisir ou son intérêt propre. L’habileté offre donc un potentiel de réussite que l’individuse doit d’exploiter pour réaliser ce qu’il lui sera donné de réaliser en fonction des circonstances et des situations qui se présenteront à lui. La culture permet donc à l’Homme de comprendre le monde qui l’entoure et de savoir comment s’y comporter. L’individu comprend les agissements des autres et peut lui-même agir. C’est une entrée dans la société. Désormais, il n’est plus seulement une entitémais aussi une parcelle d’une entité bien plus vaste : la civilisation. L’individu sera alors prémuni face aux aléas de la vie ; il sera en mesure d’affronter toutes sortes de situations. Son « aptitude sera suffisante » pour toutes les fins qui pourront lui être proposées au cours de son existence. L’habileté est infinie en ce sens que l’on peut envisager de réaliser tous types d’objectifs. Parconséquent, on peut dégager des savoir-faire plus ou moins utiles. Par exemple, le fait d’être habile lorsqu’il s’agit de pratiquer un sport ou de jouer d’un instrument de musique ne contente que l’individu fort d’une passion pour un de ces deux domaines. La faculté de jouer merveilleusement d’un instrument paraîtra à un autre individu tout à fait dénué d’intérêt. En revanche, des facultés tellesque les capacités à lire et à écrire se révèlent heureuses et utiles pour tout être humain.

De surcroît, l’Homme doit faire en sorte d’acquérir de ce que l’on nomme la prudence. Il est deux sortes de prudence : d’une part, la prudence par rapport au monde et, d’autre part, la prudence privée. La prudence par rapport au monde se réfère à la capacité, au talent que montre l’individu...