Traitement pour la sclérose en plaque

Pages: 6 (1308 mots) Publié le: 21 mars 2011
Traitements médicaux de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques est considérée comme une maladie incurable mais la recherche médicale a quand même permis de trouver des médicaments qui atténuent les symptômes de façon relativement efficace et qui ralentissent la progression de la maladie. Ces traitements ont pour certains, l’inconvénient d’engendrer des effets indésirables pour lamajorité des utilisateurs. Parfois, les symptômes sont très légers et ne nécessitent pas de traitement.
Le fait que la maladie évolue par poussées qui surviennent de manière imprévisible est une difficulté majeure lorsque vient le temps d’évaluer l’efficacité de ces traitements.

I) Traitements de soulagement

Plusieurs médicaments et d’autres traitements peuvent être utilisés pour soulager lesnombreux symptômes, notamment la fatigue, la spasticité (consiste en un étirement rapide d'un muscle qui entraîne trop facilement sa contraction réflexe qui dure un certain temps), la douleur, les dysfonctions sexuelles et l’incontinence :
· Contre les douleurs. Le Neurontin® (un anticonvulsif) et l’Elavil® (un antidépresseur tricyclique) sont habituellement efficaces. Le Sativex®, un médicamentà base de cannabis, peut aussi être employé (sous forme de pulvérisateur dirigé sous la langue ou à l’intérieur de la joue). L’acétaminophène et l’ibuprofène, offerts en vente libre, peuvent être utiles à l’occasion.
· Contre les spasmes musculaires. Des relaxants musculaires (Lioresal®, Zanaflex®) associés à des exercices d’étirement en physiothérapie ou en ergothérapie (l’ergothérapie est unmoyen médical aidant à la réadaptation, à l'adaptation et au soutien à l'intégration sociale des personnes aux prises avec des problèmes de fonctionnement dans leur quotidien.) aideront à diminuer la spasticité que certaines personnes ressentent dans les jambes, et qui peut être douloureuse.
· Soutien psychologique. Une psychothérapie, associée ou non à la prise de médicaments antidépresseurs,est parfois recommandée par le médecin.

II) Traitements de fond

Ces traitements réduisent l’activité du système immunitaire, donc ralentissent la destruction de la myéline. Les médecins les utilisent surtout pour traiter les personnes dont la maladie évolue par poussées (les formes rémittentes).
Les corticostéroïdes sont les médicaments les plus employés (par exemple, la prednisone). Ilsréduisent l’inflammation durant une poussée et permettent de diminuer la durée. Les corticostéroïdes doivent être utilisés avec modération car à long terme, ils provoquent des effets secondaires importants (ostéoporose, hypertension, etc.).

Les immunomodulateurs comprennent des molécules de la famille des interférons bêta  :
· l’interféron ß–1a (Avonex® injecté par voie intramusculaire unefois par semaine et Rebif® injecté par voie sous-cutanée 3 fois par semaine)
·l’interféron ß–1b (Betaseron® injecté par voie sous-cutanée tous les 2 jours).
Les interférons sont des substances produites naturellement par le corps pour réduire la multiplication des virus et stimuler l’activité de certaines cellules immunitaires. Ils diminuent d’environ 30 % la fréquence des poussées.L’interféron ß–1a ralentit aussi la progression de la maladie durant la phase cyclique rémittente. Cependant, ils entraînent souvent un syndrome pseudogrippal (fièvre, frissons, maux de tête, douleurs musculaires) quelques heures après l’injection durant les 3 premiers mois de traitement. Ces effets secondaires disparaissent par la suite. Une toxicité au foie (réversible) est fréquente.
Le médecin peutaussi prescrire de l’acétate de glatiramère (Copaxone®), un autre immunomodulateur, qui occasionne rarement des effets secondaires et aucun effet toxique, mais qui nécessite des injections sous-cutanées quotidiennes. Ce traitement est indiqué pour réduire la fréquence des poussées chez les patients qui peuvent marché seuls. Il n’y a pas de réelle progression du handicap suite à la prise de ce...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sclerose en plaque
  • Sclerose en plaque
  • La sclérose en plaques
  • La sclérose en plaque
  • Sclérose en plaques
  • La sclérose en plaque: impact du natalizumab
  • Demarche de soin sclerose en plaque
  • travail de recherche sur la sclérose en plaque

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !