Transfert de technologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 46 (11339 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TRANSFERT DE TECHNOLOGIES ÉCOLOGIQUEMENT RATIONNELLES :
L’EXPÉRIENCE DU FEM
Fonds Pour L’environnement Mondial
investir dans notre
PLANÈTE

AVANT-PROPOS

1 Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) est un partenariat unique qui rassemble 178 pays, des institutions internationales, des organisations non gouvernementales (ONG) et des acteurs du secteur privé. En tant que mécanismefinancier de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), nous intervenons sur les problèmes environnementaux mondiaux tout en appuyant des initiatives de développement durable à l’échelon des pays. Créé en 1991, le FEM est devenu la plus importante source de financement des projets lancés pour améliorer l’environnement mondial. Depuis ses débuts, le FEM a versé 7,6milliards de dollars de dons et mobilisé 30,6 milliards de dollars de cofinancements au profit de plus de 2 000 projets dans plus de 165 pays. Et parce que notre mission consiste aussi à agir au niveau local pour obtenir un impact planétaire, nous sommes aujourd’hui l’un des principaux mécanismes publics de transfert de technologies qui existe au monde. L’article 4.5 de la CCNUCC prévoitexpressément que les Parties doivent encourager le transfert de technologies et de savoir-faire écologiquement rationnels aux pays en développement. En sa qualité de mécanisme financier de la Convention, le FEM a vocation à fournir des ressources financières pour favoriser ces transferts selon les directives données par la Conférence des parties. Une bonne part de notre travail a consisté à favoriser ledéploiement et la diffusion de technologies écologiquement rationnelles (TER) portant sur l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à ses effets. Cette publication dresse un bilan de l’expérience du FEM dans ces domaines durant toutes ces années.

Monique Barbut

2 Depuis le début des années 90, les activités du FEM en rapport avec le changement climatique ont été centrées surl’élimination des obstacles qui freinent l’adoption plus large des pratiques et des technologies économes en énergie ou utilisant des énergies renouvelables ainsi que des modes de transport écologiquement viables. Le FEM a joué un rôle catalyseur dans le transfert de TER moins préjudiciables au climat, réclamées par les pays eux-mêmes et ciblées sur un large éventail de priorités nationales en matière dedéveloppement. Au cours de ses 17 années d’existence, le FEM a consacré 2,5 milliards de dollars à la promotion de plus de 30 technologies moins préjudiciables au climat dans plus de 50 pays en développement. Ces fonds ont permis de mobiliser, selon les estimations, 15 milliards de dollars supplémentaires de cofinancements provenant des organismes partenaires du FEM, des autorités nationales etlocales, d’organisations non gouvernementales et du secteur privé. Par ailleurs, le FEM a financé des évaluations des besoins technologiques et d’autres activités habilitantes et de renforcement des capacités dans plus d’une centaine de pays aux quatre coins du monde. Nous nous trouvons aujourd’hui à une étape cruciale où les différents acteurs internationaux doivent s’entendre sur la suite desopérations en définissant une nouvelle feuille de route stratégique. En bref, nous devons agir maintenant, concrètement, pour obtenir des résultats tangibles. Pour cela, il ne suffit pas, rappelons-le, d’amener de nouveaux outils à de nouveaux endroits. Toutes les parties concernées doivent comprendre que la réussite passe par un cadre politique adapté, des marchés accessibles, des financements appropriéset un renforcement des capacités. Monique Barbut
Directrice générale et présidente

Ce document rend compte de quelques-uns de nos succès et des enseignements que nous avons tirés. On sera peut-être surtout surpris de constater à quel point la palette des activités menées est large. Au Maroc par exemple, nous nous sommes aperçus que l’échec commercial de la première génération de...
tracking img