Transformation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1114 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Leçon 4 : L’EVOLUTION DU SYSTEME DE PRODUCTION ET SES CONSEQUENCES SOCIALES
I) La mutation du système de production :
A) Les Trente Glorieuses : 1945 – 1975
Les pays industrialisés occidentaux connaissent sur cette période une croissance économique très forte. Elle est due en Europe à la stabilisation de la monnaie et à l’aide américaine (Plan Marshall). Les entreprises se concentrent,utilisent de nouvelles technologies et mettent en place des méthodes de travail très efficaces, comme le taylorisme, ce qui fait augmenter fortement la production. En conséquence, on passe de l’entreprise familiale à la multinationale. Grâce aux prix bas des matières premières, l’énergie est très bon marché, ce qui réduit les coûts de production. L’Etat investit et soutient l’économie en nationalisantles grandes entreprises, en construisant et développant les voies de communication : c’est l’Etat Providence. L’agriculture devient scientifique et commerciale : c’est l’époque de la motorisation, des engrais, et de sa mondialisation. On passe du charbon au pétrole et au nucléaire.

B) 1 croissance ralentie :
En 1973, les pays de l’OPEP décident de multiplier par 4 le prix du pétrole. : c’est le1er choc pétrolier. Le coût de l’énergie étant beaucoup plus important, la production baisse fortement, et de nombreuses usines et mines ferment. La réduction des effectifs fait augmenter le chômage et l’inflation. Ce n’est que dans les années 80 que ce cycle sera enrayé. De même, la production de certains biens de consommation stagne du fait du suréquipement des ménages. Cela entraîne la baissedes profits et des investissements des entreprises concernées (ex : automobile, électroménager). Les grandes puissances industrielles sont concurrencées par les NPI, d’abord dans les secteurs traditionnels, puis dans tous les secteurs, où les coûts de production et de main d’œuvre sont beaucoup moins élevés.

II)

L’impact sur les sociétés :
A) L’évolution démographique : Après avoir observéle phénomène de classes creuses dans les 2 immédiates aprèsguerre, on observe un boom des naissances : c’est le baby-boom. Comme le taux de mortalité baisse à la même période, le taux d’accroissement naturel est très élevé jusqu’en 1965. Cela oblige l’Etat à construire beaucoup de logements (politique d’aménagement de 1963), et d’écoles. Mais rapidement, on revient à un taux d’accroissement naturelfaible, caractéristique des pays développés : moins de naissances et de décès du fait de l’allongement de la durée de vie. Aujourd’hui, nous entrons dans le papy-boom. B) La mutation de la population active : doc 1 page 160 : la répartition de la population dans les 3 secteurs d’activités évolue de manière significative après 1945 : les paysans sont de moins en moins nombreux,

et pourtant,ils produisent plus. Les ouvriers du secondaire baissent à partir des années 70 du fait des crises économiques et industrielles et de la robotisation. Quant au domaine tertiaire, sa part double en 40 ans : les emplois se multiplient dans les services (banques, enseignement, tourisme), et font apparaître de nouvelles catégories professionnelles (cadres, ingénieurs, techniciens). Ainsi, les classesmoyennes et les migrations de travail se développent. C) La société de consommation : Elle est d’abord urbaine car la plupart des services et des équipements se trouvent en ville. L’urbanisation se fait donc très vite, ce qui n’est pas sans poser de problème. La société traditionnelle du début du siècle disparait progressivement, pour faire place à la société de consommation de masse : l’équipementde la famille est de mise avec l’eau courante, le frigo, la télévision, la voiture, le supermarché. Les églises sont de moins en moins fréquentées, et l’individualisme prime. Aujourd’hui, c’est une tendance qui s’est accentuée : on travaille plus, et on s’occupe moins des autres, ce qui provoque des fractures dans la société, et beaucoup de laissés pour compte (SDF, chômeurs).

III)

Le...
tracking img